Depuis 2004, révélateur de plaisir au travail !

Le coaching d'orientation professionnelle

Voici une présentation détaillée et expliquée des services de coaching d’orientation que je propose.
 
Il s’agit d’un accompagnement étant à la fois un véritable travail de réflexion guidé par nos discussions dans lequel vous devez vous investir, et également de recherches ou exercices, auxquels vous devrez consacrer un petit peu de temps entre les séances.

Il ne s’agit pas d’un service qui vise à ce que je vous dise quel métier faire ou ce pour quoi vous êtes fait grâce à un test ou questionnaire et que je vous propose les formations correspondantes, le tout en fonction de vos notes.

Je vais vous expliquer ci-dessous pourquoi cela irait à l’encontre de votre intérêt et je vais commencer par introduire le contexte et les préalables à une orientation intelligente et réfléchie en y intégrant explications et argumentation.

Dans un contexte où nous sommes tous formatés, conditionnés, normés et influencés, il y a beaucoup de choses à détricoter pour s’assurer de faire un choix raisonné, mais avant toute chose ce qui va nous intéresser dans le travail va être de remettre en question, puis valider, ce que vous aimez et ce qui est important pour vous. Parfois, nous voulons quelque chose pour les mauvaises raisons, et on croit que certaines choses sont importantes alors qu’elles ne le sont pas.

Il faut partir sur de bonnes bases, se recentrer sur vous-même, non pas dans le sens mystérieux du terme utilisé dans le monde du bien être, mais dans le sens concret, c’est-à-dire faire la part des choses entre votre système de valeurs, vos pensées et idées et celles (des autres) que vous avez fini par adopter sans vous en rendre compte.

L’intérêt du coaching est qu’il s’agit d’un processus de résolution de problème favorisant l’action qui s’adapte à chaque contexte, situation spécifique et personnalité. Ou que vous en soyez dans votre réflexion, que vous y ayez passé déjà des heures ou au contraire très peu de temps, que vous pensiez savoir ce que vous voulez faire comme métier ou soyez totalement perdu, mon rôle est de m’adapter et de vous aider à valider et faire votre choix.

Ce que je vous propose comme service d’orientation est un coaching pur, c’est-à-dire basé sur vos ressources propres. Bien sûr, je pourrais vous proposer des exercices ouverts qui ne vous influencent pas et que j’ai pu développer et affiner depuis plus de 17 ans à accompagner des étudiants dans leur orientation, afin de vous aider à faire ressortir des éléments importants pour vous sur lesquels réfléchir.

C’est votre situation, réflexion ou problématique spécifique qui va générer l’axe de travail de l’accompagnement, et, quel que soit la problématique connexe, elle sera prise en compte et résolue qu’il s’agisse de confiance en soi, de motivation, de problèmes de concentration, d’organisation ou de tout autre type de difficultés.

Un exemple vécu : Il serait dommage que vous écartiez un travail simplement à cause d’un problème de confiance en soi ou une timidité à parler en public, vous en conviendrez.

Parfois le travail sur la problématique principale nous fait naturellement nous interroger sur certains points externes à la problématique, mais qui sont liés, et dont je viens de citer un exemple.

Pourquoi ces coachings et accompagnements répondent-ils à votre besoin et pas spécialement votre envie ?

Je vous propose un service que je considère essentiel. Si je propose de vous orienter selon cette méthode c’est pour des raisons bien spécifiques.

En effet, cela ne correspond pas idéalement à ce que vous recherchez et je le sais bien. Par contre, cela correspond idéalement à ce dont vous avez besoin.

Je considère qu’il est de mon devoir de professionnel de vous proposer ce dont vous avez besoin avant toute chose. Imaginez que vous vous rendez dans un magasin de bricolage, c’est un exemple que je prends souvent, préférez vous que le vendeur vous oriente vers le produit que vous dites vouloir, ou celui qu’il vous conseillera en fonction de ce que vous avez à faire  ? Vous devriez faire confiance au professionnel (si vous jugez que c’en est un), pour vous guider dans le choix de l’outil le plus adapté à la tâche pour lequel vous le destinez. Vous devrez donc écouter ses explications et définir si elles sont pertinentes et convaincantes.

Pour votre orientation, sujet à l’enjeu bien plus important, c’est la même chose, vous devez me faire confiance pour vous proposer la meilleure méthode. Alors pourquoi le coaching, et plus précisément le type de coaching détaillé ci-dessus, que je vous propose, serait la meilleure méthode ?

Pour répondre à cette question, il faut également parler des autres méthodes et en faire l’analyse des apports et des limites, et effectuer une comparaison, j’en parle dans mon article sur le choix d’un service d’orientation que je vous invite à lire. Cela serait beaucoup trop long à détailler dans cette présentation du service. Celui-ci est accessible via le menu du site. J’en parle également beaucoup plus longuement et précisément dans mon modeste ouvrage « L’orientation aujourd’hui ou l’art de ne pas se planter » disponible sur Amazon, Kobo, iTunes et Google Play dont vous trouverez une petite présentation dans la section « ouvrages » de ce site.

Il m’est impossible de résumer plus de 50 pages d’explications et d’argumentation en quelques lignes, mais en voici les raisons principales :

(Pour chacun des items ci-dessous, je vous invite à faire des recherches annexes, si vous ne savez pas de quoi il s’agit.)

– J’ai suivi l'une des formations Française Universitaire de coaching les plus complètes, d'une durée d'1 an
– J’ai analysé toutes les méthodes, leurs origines, leurs lacunes, leurs failles et leurs apports
– Suite au point ci-dessus, par conséquent je ne propose aucun type de test ou questionnaire
– Je n’utilise aucune boîte à outils particulière et encore moins d’outils utilisés en PNL
– Je ne me base pas principalement sur les thèmes de la méthode pyramidale qui présentent peu d’intérêt
– Le client est dans une posture active, participative et il s’investit dans la réflexion qui sans lui ne peut avoir lieu
– Le client est au centre du processus et de ses choix, il est responsable et s’autonomise
– Le coaching est basé sur votre situation, votre vécu, votre personnalité, vos ressources et vos éléments
– En tant que psychanalyste et avec ma formation de psychologue ainsi que mon travail personnel, je me connais et tente au mieux de minimiser les effets sur l’accompagnement,
– J’ai les compétences pour identifier des problématiques d’ordre psychologiques qui sortent du cadre d’un coaching
– Je pars du principe que tout peut être remis en question, y compris la nature et la qualité de mon accompagnement
– Je connais les typologies de questions et leurs effets et fais de mon mieux depuis plus de 17 ans pour en maîtriser leur emploi
– Je ne recherche pas la facilité et ne vous propose que des questions et des exercices ouverts vous permettant de répondre à votre façon, recadré ensuite au besoin pour permettre d’avancer
– Je me garde bien de vous conseiller et c’est pour moi un impératif de ne pas vous influencer, cela fait des années que je me questionne sur l’influence notamment au niveau de l’orientation (je vous renvoie à mon blog et à mes ouvrages)
 
 
Je vous propose un coaching totalement centré sur vous et sur vos ressources propres, qui se base essentiellement sur l’art du questionnement, l’écoute active et la reformulation, la projection et la prise de conscience, sans autres outils ou tests. Un coaching dont le seul cadre est l’objectif à atteindre et non celui de l’outil utilisé.

Sur tous les plans de leur orientation, à part peut-être la connaissance des différentes voies, les élèves et étudiants sont quasiment livrés à eux même que ce soit au lycée ou à l’université lors d’étapes importantes de leur vie étudiante et professionnelle et ils ont besoin d’être accompagnés d’une manière plus consciencieuse et personnalisée pour mettre toutes les chances de leur côté pour s’épanouir !

Vous trouverez dans les précisions ci-dessous un développement de certains items listés ci-dessus.

Coaching d’orientation scolaire et professionnelle/construction de projet professionnel

Généralement, la demande des étudiants est assez simple. Ils veulent trouver leur métier. Ils n’ont pas conscience qu’il ne suffit pas de trouver son métier et que cela ne se résume pas à décider : « je veux être ingénieur » ou « je veux être avocat ».

Définir son orientation, c’est d’abord trouver ce qui nous intéresse vraiment pour définir un métier précis, mais aussi nécessairement préciser un secteur et un domaine, une spécialité.

Il s’agit de construire son projet professionnel.

Mon but est de vous aider à vous découvrir, à réveiller vos envies, ce qui vous fait vibrer, ce que vous aimez, ce qui vous donne envie d’avancer, ce qui vous passionne, vous motive, a du sens pour vous.
Bref, veiller à ce que ces idées floues évoluent petit à petit pour vous permettre le choix d’un métier, d’un projet professionnel clair, enthousiasmant, passionnant, mûri par une réflexion approfondie.

Bien des étudiants qui ont un centre d’intérêt principal ou une passion pensent à juste titre que ce n’est pas sorcier de définir son orientation. Ils ont raison dans le principe, mais dans la réalité c’est plus compliqué que cela. Et parfois, ils ont tendance à ne pas réaliser que la réalité d’un quotidien est bien loin de la représentation que l’on s’en fait et du vécu préalable de cette passion hors du cadre du travail rémunéré avec tout ce que cela implique. Il n’est pas rare aujourd’hui que ces étudiants remettent en question leur choix. Le statut du métier « passion » qui a longtemps été perçu comme le Graal par tous vacille.

En puis, il y a beaucoup de jeunes qui n’ont pas de vraie passion, de réel centre d’intérêt, parfois c’est plutôt parce qu’ils en ont trop, qu’aucune n’est réellement plus importante que les autres, et enfin, parfois, cela évolue constamment, de mois en mois, d’année en année. Je parle dans mes deux derniers exemples des zèbres, des scanneurs, deux appellations relativement récentes des enfants différents, EIP, surdoués, qui ont tout simplement un fonctionnement, une réflexion particulière et une relation à la tâche et aux centres d’intérêt différents, mais pas seulement.

Et puis pour tous ceux qui hésitent, n'oubliez pas que les doubles cursus, ça existe !

Je vais être très sincère, pour ces élèves différents, parfois il ne s'agit pas de les aider à trouver leur métier, mais plutôt en quelque sorte de les aider à définir les métiers qui vont le moins leurs déplaire, dans lequel ils s'embêteront le moins, la branche dans laquelle ils pourront rapidement changer de poste, de rôle ou d'activité par exemple et il y a un véritable travail d'acceptation, de prise de conscience à mettre en oeuvre. Oui, il existe des EIP (ou HPI) qui ont beaucoup de mal à accepter de s'enfermer dans une seule activité professionnelle et pour lesquels il faut trouver des solutions adaptées.

Je connais très bien les spécificités de ces enfants et jeunes adultes, suite à mes lectures et recherches depuis 2011 environ et j'ai eu le bonheur d'en accompagner beaucoup.

Bref, il est primordial de se faire accompagner dans son choix d'orientation et que l'étudiant prenne la responsabilité de la réflexion et des recherches sur cette question. Il est important de mettre toutes les chances de son coté, et d'avancer sereinement en se posant les bonnes questions, afin d'atteindre son objectif personnel, professionnel et d'épanouissement, mais surtout pour éviter l'échec ou l'abandon en première année comme c'est le cas malheureusement pour 50% d'entre eux, selon les sources credoc, et éviter ainsi de perdre du temps, de la motivation et une partie inévitable de sa confiance.

Les services de coachings que je propose répondent à ces attentes et vous permettent d'avancer concrètement, pas à pas, dans la définition de votre orientation métier.

Je ne travaille pas avec des tests mais uniquement avec le questionnement, vous pouvez vous reporter à la section de ce site sur le déroulement d'un coaching d'orientation pour en savoir plus.

Mon rôle est de m'adapter, de répondre à vos attentes et de vous aider à faire vos choix sans vous influencer.

Un coaching d'orientation peut être plus ou moins ciblé :
  • Coaching Orientation : choix d'un métier,
  • Coaching Orientation : construction de son projet professionnel,
  • Coaching Orientation : choix d'une université ou d'une école.

Notre travail sera fonction de votre demande spécifique. Veuillez consulter la page déroulement d'un coaching pour avoir une idée plus pratique du travail pouvant être entrepris.

la question de la motivation et de la confiance en soi

Il s'agit de problématiques centrales dans la définition d'un projet professionnel, car leur action, leur impact, leur conséquences sont véritablement limitantes.

Il est bien souvent nécessaire de dénouer cela en travaillant sur ces questions pour s'assurer que le choix d'orientation n'est pas biaisé.

Bref, ce que je qualifie de motivation est en fait une constatation d'ordre générale qui est que l'élève ne travaille pas, n'arrive pas à se mettre au travail ou décroche vite, et qui ne correspond pas au réel problème. Le réel problème est la cause de ce manque de motivation et c'est ce qu'il faut définir pour que l'élève puisse de nouveau avancer. C'est ce travail de réflexion que j'entreprends : l'aider à rechercher et exprimer la cause puis l'aider à trouver ses solutions.

Il s'agit dans 90% des cas d'un problème lié à l'orientation, d'un manque d'objectif.

Je ne vais aborder ici la question de la confiance en soi, qu'uniquement sous l'angle de l'orientation.

Ce handicap est le plus fréquemment provoqué, durant le parcours scolaire ou étudiant, par la peur (ou plus spécifiquement l'anxiété, l'angoisse sous toutes ses formes). Elle peut "affecter" en profondeur et influence presque toujours les choix d'orientation.

Parfois les étudiants en ont vraiment conscience et viennent me voir pour que l'on travaille dessus. Parfois, c'est en creusant un peu que l'étudiant prend conscience des biais et limitations de sa réflexion parcequ'il a :

  • peur de définir un objectif,
  • peur de faire le choix d'atteindre cet objectif,
  • tendance à douter de ses capacités, de sa valeur, de ses compétences,
  • tendance à penser qu'il va échouer,
  • de la timidité, peur ou inconfort à prendre la parole en public,
  • peur d'affronter le regard et le jugement des autres,
  • peur de décevoir ses parents,
  • peur de tout tenter et d'échouer malgré ses efforts,
  • peur de n'être pas assez intelligent,
  • peur de prendre conscience de ses limites.

Bien sûr il y a certaines redondances et cette liste n'est pas exhaustive mais c'est pour illustrer les différentes manières qu'ils ont de le verbaliser.

En fonction des personnalités et des enjeux nous pourrons aborder le travail sous des angles différents, une première étape de réflexion et de prise de conscience de soi, de ses expériences, de son histoire est nécessaire et c'est ce qui orientera invariablement le travail.

Le coaching d'orientation a un intêret de premier ordre : Il vous rend AUTONOME. Je vais faire une petite aparté car cela me parait très important.

J'ai déjà insisté sur ce point qui me parait primordial dans d'autres articles, c'est d'ailleurs grâce au retour d'un client que je l'ai compris. Contrairement aux autres méthodes d'orientation, le processus de coaching visera à développer l'autonomie vis-à-vis de la réflexion sur son orientation mais aussi vis-à-vis du coach.

Il arrive parfois que lorsque l'on approfondit pas suffisamment les recherches sur un métier et sa formation (durant le coaching ou après) on se rend compte après coup que cela ne correspond pas (ou plus) totalement à ses priorités. Car bien sûr, les priorités peuvent évoluer, et parfois très rapidement, surtout à 17 / 18 ans! Ou alors, on est tellement emballé et euphorique d'avoir "trouvé" son métier sur l'instant que l'on est pas suffisamment lucide sur les autres éléments de ce métier à prendre en compte ou sur ses propres priorités.

Un étudiant est revenu vers moi en m'écrivant par email:

"Là où nous nous étions arrêtés, j'affirmais vouloir travailler dans les ressources humaines. Hors, en faisant des recherches sur des formations correspondantes, je me suis aperçu que ce n'est pas du tout ce qui m'intéresse.

Je suis donc revenu sur la communication et me suis rendu compte que l'aspect digital et réseaux de la communication me fait vibrer. Secteur en plein développement et très polyvalent, il me permet d'intégrer une boite d’événementiel ou de cryptomonnaies.
Je tenais à vous remercier pour l'aide que vous m'avez apporté. Nous ne sommes peut-être pas arriver à la bonne conclusion ensemble, mais vous m'avez appris à créer une réflexion personnelle et à réfléchir sur moi-même. Compétence qui me sert maintenant au quotidien."

 

Cela montre bien l'importance de cette AUTONOMIE.

Dans ce dernier cas, on voit bien que malgré que ses envies ou priorités évoluent (après 3 semaines, ou après 10, 30 ans), vous êtes autonome et reprenez par vous même la réflexion avec une vraie structure, sur votre métier, vous permettant d'atteindre l'objectif.

Derniers articles du Blog

  • Fact checking, pensée critique et orientation

    Information
    Publié le 27 mars 2022 par Philippe Vivier dans Réflexions sur l'Influence / manipulation

    Le fact checking, terme très à la mode, est un des outils à la disposition de la pensée critique, il permet, notamment, de vérifier rapidement la face cachée d’une situation ou la véracité d’un propos. C’est devenu indispensable aujourd’hui quel que soit le sujet.

    Cet article est en grande partie composé d’un extrait de la première partie de mon ouvrage ou comme si l’on n’était pas suffisamment sous l’emprise de nos biais, je déconstruis un certain nombre de croyances qui influencent nos choix : « Surmonter l’influence et changer - Le programme de changement de carrière pour les salariés ». Cela vous permettra de constater à quel point le fact checking, encore plus qu’ailleurs, est primordial en changement de carrière.

    Je vais me contenter d’aborder ce sujet sous forme d’exemple, concrets et réels. Comme toujours, l’amalgame ou la simple connerie est un outil formidable de désinformation et le temps nécessaire pour les corriger joue en faveur de leurs auteurs qui peuvent dire à peu près n’importe quoi dès lors qu’ils ne s’inscrivent pas dans une démarche scientifique et ou leur travail ne sera jamais relu par un comité d’expert du même champ, et que la plupart des gens ne vérifieront pas. C’est aussi un effet du biais d’autorité.

    Le biais d’authorité est une tendance à surévaluer la valeur de l'opinion d'une personne en raison de son statut, son éloquence, le type de son argumentaire, son ton ou de son image par rapport à nous. Beaucoup d’éléments extérieurs peuvent

    ...
  • Comment faire un choix plus rationnel ?

    Information
    Publié le 07 mars 2022 par Philippe Vivier dans L'orientation scolaire et professionnelle

    Nous l’avons abordé dans l’article « Peut-on contrôler ses choix ? » que je vous invite à lire avant, un choix est un mélange indéfini d’émotion et de raisonnement qui est totalement dépendant du contexte et du type de choix à effectuer. Pour simplifier, un choix est principalement issu des émotions et de processus que nous ne contrôlons pas, associé à votre réflexion plus ou moins importante, inconsciente et consciente.

    Nous faisons de nombreux choix inconscients toute la journée. Vous en faites également qui font intervenir des raisonnements conscients, que ce soit pour un choix que vous devez faire sur l’instant, ou un choix que vous avez à faire plus tard.

    Pour rationaliser un choix, il faut mettre en œuvre une réflexion volontaire. Il est important d’avoir en amont une idée la plus précise possible de ce que l’on veut vraiment et d’être le plus objectif et rigoureux possible dans la nature et l’élaboration des arguments mais également dans l’évaluation des conséquences, et finalement les accepter.

    Vous êtes invariablement dans la recherche du compromis le plus acceptable.

    Faire un choix, c’est avant tout choisir une conséquence.

    Nous pouvons dissocier certains contextes :

    • Faire un choix seul, qui n’engage que nous, y compris dans ses conséquences comme choisir une boule fraise ou vanille dans son cornet de glace.
    • Faire un choix seul, mais qui a des conséquences sur les autres, tel un choix d’orientation.
    • Faire un choix à deux, où il s’agit d’une recherche de compromis
    ...
  • Peut-on contrôler ses choix ?

    Information
    Publié le 07 mars 2022 par Philippe Vivier dans Réflexions sur l'Influence / manipulation

    J’ai choisi de faire cet article, car cela fait longtemps que je me rends compte que beaucoup de clients font des choix provisoires ou définitifs qu’ils ont parfois du mal à expliquer et on se retrouve donc souvent à devoir déconstruire des éléments qui ont été basés sur des perceptions, des croyances, l'influence, etc., faisant apparaître un manque de réflexion. Nous allons le voir, il y a beaucoup d’explications à ce phénomène. L’éducation est la première d’entre elles, penser, analyser et réfléchir s’apprend, et d’autre part, le cerveau a naturellement tendance à faire des choix instinctifs.

    Je vous arrête tout de suite, notre relation à la vie n’étant pas que commerciale, fort heureusement, je ne traiterais pas de cette question sous l’angle du marketing ou uniquement de l’influence, car l’acte d’achat est un processus particulier dont il n’est absolument pas question ici et qu'un choix faisant intervenir les émotions ils sont inévitablement influencés. Je prends le parti d’aborder la question du choix dans sa globalité et sans cloisonner l’approche à la manière de l’économie, de la psychologie ou de la philosophie ce qui serait bien trop réducteur pour un phénomène si complexe pour lequel avoir des preuves indiscutables semble impossible. Il est pour moi totalement absurde quelle que soit l’approche, de vouloir normer, catégoriser ou prédire un choix en fonction de paramètres prédéfinis ou d’échelle de valeur a priori consensuelle, chaque individu ayant sa propre

    ...
  • Les indicateurs qu'un EIP (EHP / HPI) n'est pas pris en charge par l'école

    Information
    Publié le 28 décembre 2021 par Philippe Vivier dans Enseignement, éducation et scolarité

    Voici à l’attention des parents une liste non exhaustive de quelques indicateurs majeurs qui peuvent leur permettre d’identifier que l’école ne gère pas comme elle le devrait leur enfant EIP et n’adapte pas ses méthodes et son encadrement. Ceci, alors même que l’éducation nationale déclare tout mettre en œuvre pour les accompagner à la mesure de leurs besoins et des recommandations des spécialistes.

    Bien sûr, rien ne dispense d’avoir une bonne connaissance des spécificités de votre enfant EIP, particulières ou partagées. Je vous encourage donc à vous documenter et vous former sur la question, car c’est probablement la meilleure manière pour accompagner votre enfant sereinement et intelligemment jusqu’à sa vie d’adulte.

    Il ne s’agit pas ici de définir combien d’indicateurs il est nécessaire de prendre en compte pour être sûr de la situation et déterminer si les besoins de votre enfant sont connus, pris en compte et pourvus.

    Il convient d’user de votre bon sens, car tout n’est pas forcément nécessaire et ce n’est pas parce que vous identifiez quelques éléments dans cette liste que votre enfant n’est pas accompagné comme il se doit.

    Comme vous le verrez au niveau de certains indicateurs, il est à la fois nécessaire de bien connaître les spécificités de votre enfant, mais surtout son niveau réel de connaissance notamment dans les différentes matières, ce qui passe invariablement par un travail personnel, le week-end durant les vacances, via des cahiers de révisions (ceux du

    ...

Un peu de lecture ?

Mon livre sur l'analyse des méthodes d'orientation est actuellement au tarif promotionnel de 0,00€ 1,20€.



Je veux en savoir plus
 

 

Ne ratez pas l'occasion de faire le bon choix ;)

x