Simon Sinek Find Your Why : Analyse d'une méthode dangereuse

Le livre de Simon Sinek – Find Your Why est la suite de son premier livre qui tente d’expliquer comment trouver son pourquoi (sa voie, sa passion, etc.), car dans le premier livre il n’expliquait pas comment y arriver, il se bornait à expliquer et argumenter sa théorie.

Le premier livre de Simon Sinek “Start With Why” visait principalement les chefs d’entreprise et les entrepreneurs pour les inciter à inspirer leurs collaborateurs et à mieux communiquer vis-à-vis des consommateurs pour optimiser l’engagement et les ventes. Une entreprise fort intéressante qui ne pouvait pas faire de mal me direz-vous, à raison. Moi-même j’ai trouvé son concept captivant au premier visionnage, mais très vite un questionnement a émergé.

Visiblement le grand public a été séduit par cet orateur et son simplissime concept, si bien que la demande a grandi pour qu’il précise la méthode pour trouver son pourquoi et explique clairement comment y arriver afin que tout un chacun puisse en tirer bénéfice pour sa propre carrière ou son entreprise.

Un aussi bon orateur a quelques astuces, des petites habitudes qui changent tout. Vous avez remarqué comment Simon Sinek répète deux fois, les croyances qu’il tente d’imposer sans aucune démonstration ?

Par exemple le fameux : "People don't buy what you do they buy why you do it! » ou le « As it turns out, as it turns out ».

Comme quoi, ce que je répète à mes clients depuis plus de quinze ans lors des préparations de prise de parole en public, voit ici une belle application concrète : quel que soit le discours, ce qui compte c’est l’assurance et la conviction de l’orateur. Il n’est pas préjudiciable pour l’adhésion et l’estimation du fond par l’auditoire de se tromper ou de raconter de grosses âneries, la plupart du temps cela passera inaperçu, si on le dit avec aplomb et insistance.

Vous pouvez vous amuser à revoir les vidéos et interviews, vous verrez qu’il fait cela assez souvent.

Je vous renvoie pour approfondir à l’idée de l’anaphore en rhétorique, pour citer Wikipédia : « … la répétition d’une idée influe sur l’être. À force de répéter un mot, ce mot s’ancrera dans l’esprit de l’individu pour finalement influer sur son existence. C’est le principe de la propagande. Une idée répétée maintes et maintes fois apparaîtra comme vraie pour l’individu. Ce procédé est aussi utilisé pour la publicité par exemple. »

Si le sujet vous intéresse, vous trouverez également quelques études psychologiques qui ont mis en lumière ce procédé de près ou de loin. Après tout, les découvertes en psychologie sont l’antichambre de bien des concepts marketings.

La raison principale pour laquelle je m’intéresse à ce concept phénomène qui a été marqueté parfaitement jusqu’à devenir aujourd’hui visiblement très populaire est justement parce qu’il a évolué en méthode d’orientation. De plus, je l’ai entendu dire lors d’une conférence live LinkedIn en ce début du mois de juin 2021, qu’il serait heureux que son concept/méthode soit implémenté pour les étudiants en collèges et lycées américains.

Alors généralement, je ne m’attarde pas à écrire un article sur chaque petite méthode d’orientation que l’on voit émerger à droite à gauche et je ne me considère pas être une autorité devant réguler le monde de l’orientation ou de ses méthodes, mais l’on se trouve ici face à un concept qui bénéficie d’une très large diffusion et donc d’une grande capacité de nuisance. Je vous encourage à lire mon article : Analyse critique rapide du livre de Simon Sinek « Start with why » avant de poursuivre si vous ne l’avez pas déjà fait, car je ne vais pas reprendre ici les critiques formulées, du moins pas en détail.

Concernant Simon Sinek « Find Your Why », c’est un livre qui n’élabore pas sur le concept déjà expliqué dans « Start With Why », mais qui explique le processus et propose des étapes pour trouver concrètement son « why », sa voie.

Il ne s’agit pas de faire ici une évaluation approfondie de la méthode comme je l’ai déjà expliqué dans un de mes ouvrages, pour véritablement évaluer la pertinence d’une méthode il faudrait au minimum que nous ayons différents groupes d’individus similaires en termes de vie, de caractère, etc. avec une problématique similaire et recherchant la même chose, une façon de comprendre et de faire les exercices similaires et de pouvoir déterminer le degré de satisfaction au niveau des résultats obtenus de façon objective et les effets concrets sur la vie des individus à échéance 2 ans, 5 ans, 10 ans, 20 ans ? Cela vous paraît envisageable ?

Impossible scientifiquement bien sûr, même si je ne suis pas chercheur en psychologie et ne peut déterminer ce qui peut on ne peut pas être évalué, il y a trop de variables incontrôlables, je ne rentrerai pas dans le détail, mais vous imaginez, pour ne prendre que le dernier point, qu’il est difficile de comparer les effets de quelque chose après 2 ans et après 20 ans, la vie de l’individu a été influencé par de trop nombreuses autres choses entre temps qui peuvent interférer sur sa vie et son ressenti. Car après tout, dans ce contexte de changement de vie, il faut mesurer les effets dans le temps.

C’est pourquoi je ne me bornerai qu’à critiquer la méthode sur le plan théorique et opérationnel, dont voici les principaux éléments : pour pouvoir mettre en œuvre la méthode, vous ne pouvez pas le faire seul, il vous faudra obligatoirement quelqu’un d’autre qui ne soit pas un ami proche, ni un membre de votre famille, et qu’il soit disponible pour 4 à 6 heures environ de discussion. Il est indiqué par les auteurs que ce serait pour garantir l’objectivité. Ensuite, il faudra idéalement faire valider par votre entourage, votre pourquoi.

Pour Sinek et ses co-auteurs, pour trouver sa voie, il faut s’en référer à la perception qu’a l’autre de vous et de vos expériences. Quand on y réfléchit, c’est logique. Sinek raconte dans une interview, si je me souviens bien, que c’est en aidant les autres à trouver leur pourquoi que tout a commencé, et compte tenu de la demande croissante autour de lui il s’est mis à organiser des soirées ou il aidait les convives. Il a donc pris conscience de SON pourquoi et a décidé de voir plus grand et de se lancer dans cette aventure entrepreneuriale. Les auteurs ont donc transposé ce processus-là à un système où on a besoin d’un autre pour trouver sa voie. L’autre revêtant alors le rôle de Sinek. Bref, nous sommes à première vue dans un système qui s’apparente, sans aucune considération de déontologie propre à la profession, à du coaching ou du coaching de groupe.

Il n’est nul besoin de passer en revue tous les problèmes inhérents à ce qui est dit ou proposé dans le livre, je vais donc me concentrer sur le point essentiel : vous avez besoin de quelqu’un d’autre à qui faire confiance pour lire entre les lignes et pour vous révéler votre pourquoi.

Alors tout de suite nous pouvons constater que le système du coaching est utilisé, mais pas ses fondements théoriques, puisque dans le coaching, c’est au coaché de trouver ses solutions, ses réponses.

Les psychologues et coachs passent leur vie (pour les plus consciencieux) à peaufiner leur questionnement et aiguiser leur écoute sans jugement. Et ils peuvent faire des erreurs, ils peuvent vous influencer/juger, malgré leur vigilance.

J’invite les plus curieux d’entre vous à approfondir la question très intéressante des différents types de questionnements et leurs effets, une recherche sur votre moteur de recherche préféré devrait vous y aider.

Donc partir du principe que l’on aille confier ce rôle à quelqu’un qui n’a peut-être pas la sensibilité, les capacités ou les compétences pour vous accompagner dans ce cheminement et cette recherche ne me paraît pas farfelu, cela me paraît simplement irréaliste et dangereux. Je rappelle que l’on est sur la thématique de choix de carrière, de vie.

Surtout que, c’est à l’autre de trouver ce qui a du sens pour vous, dans votre histoire et vos expériences ! Les auteurs indiquent qu’il est impossible de trouver son pourquoi tout seul.

Ce que je pense et qui selon moi ne nécessite aucune analyse nécessaire plus détaillée, c'est qu'il n'y a pas de degré d'influence plus élevé dans un choix de carrière que le fait de compter sur quelqu'un d'autre pour vous dire ce qui a du sens pour vous en fin de compte. Il y a là un signal d'alarme majeur.

À ce stade, si l’on étendait ce travail de questionnement pour identifier dans le livre toutes les problématiques renvoyant à l’influence et à ses effets, il y aurait beaucoup à dire, mais l’on sortirait un peu du cadre.

Du coup, pour en revenir au point fondamental de la problématique selon moi : l’adaptation de son concept en méthode d’orientation à destination des étudiants. Nous pouvons nous demander si pour l’adapter à l’école, Simon Sinek pense que les étudiants devront demander l'aide d'un autre élève qu’ils ne connaissent pas pour lui livrer toute leur intimité.

Je vous laisse vous mettre dans la peau d’un étudiant et envisager les problèmes que cela pose au-delà des effets et du résultat de la méthode elle-même.

Il tente également pour justifier les préalables de sa méthode de nous imposer une croyance abracadabrante qui interpelle : il est précisé au lecteur qu’il ne faut pas faire appel à quelqu’un qui vous connaît pour garantir l’objectivité de l’autre.

D’où sort cette idée ? Cela fait-il partie intégrante de sa théorie ? Sur quoi se base-t-il pour affirmer ceci ?

Quoi qu’il en soit, même si l’on admettait une meilleure objectivité de quelqu’un qui ne nous connaît pas, qu’en est-il de sa sincérité, si on a besoin de cet autre pour trouver notre pourquoi ? Et dans quelle mesure peut-on faire confiance à une personne que l’on ne connaît pas très bien ? En quoi cette meilleure objectivité permet-elle à cet autre de mieux lire entre les lignes pour trouver notre pourquoi ?

Nous pourrions continuer à nous interroger longtemps sur le processus, sans être plus avancés, puisqu’une fois dépassée l’identification des problèmes théoriques et opérationnels de la méthode, lorsque l’on creuse un tout petit peu, on se rend compte que tout cela repose sur des fondements bien flous, peu documentés ou argumentés, invérifiables et invérifiés scientifiquement. Bref, nous devrions simplement lui faire confiance.

Et nous l’avons vu dans mon précédent article, le concept de « Golden Circle » de Simon Sinek (le why/how/what) est quelque peu fragile, que ce soit d’un point de vue des concepts marketings et commerciaux sur lesquels il est basé, mais également au niveau de l’argumentation censée le soutenir qui n’a aucune validité scientifique et qui dans d’autres cas ne correspond même pas à la réalité des évènements présentés d’un point de vue historique !

Il est facile de rester perplexe lorsque l’on fait le bilan des deux livres et que l’on ait un tant soit peu l’esprit critique, en substance il n’y a pas grand-chose. Et j’avoue en revenir toujours à la conclusion, comme certains des commentaires que j’ai pu lire, que c’est un très bon orateur qui manie parfaitement les techniques de persuasion et dont le langage non verbal fait un superbe boulot pour rendre son concept convaincant, mais le moment de la découverte passé, lorsque l’on se penche sur le contenu et que l’on tente de le remettre en question, une certaine désillusion apparaît.

En l’état, cette méthode d’orientation pour trouver son WHY ne peut selon moi que présenter un réel danger pour tous ceux qui la choisiront pour définir leur reconversion et se trouver. Un problème également colossal, si elle était proposée à des étudiants qui sur cette question sont souvent particulièrement influençables et crédules.

En résumé, s’il s’agit d’inspirer les leaders et les aider à recruter des employés inspirés et heureux de l’être, très bien ! Par contre, s’en servir d’outil pour définir sa reconversion, trouver sa voie ou s’orienter, attention danger.

Je vous encourage également à lire les avis négatifs sur Amazon de 1, 2 et 3 étoiles seulement, ou vous trouverez un certain nombre de critiques fort pertinentes.

Imprimer E-mail