Blog

Bienvenue sur le Blog de Philippe Vivier, La publication de mes ouvrages sur le business de l'orientation et mes manuels d'auto-coaching me poussent en 2020 à enfin regrouper mon contenu éditorial au sein d'un Blog, vous pourrez retrouver au fur et à mesure toute mon actualité, mes derniers articles, mes essais, mes publications ainsi que mes dernières interviews dans la presse. Certains articles sont également traduits en Anglais.

Je tente avec l'humilité et la logique qui sont les miennes, une critique rapide, délibérément simplifiée et vulgarisée, envers les idées, les concepts et les théories que je rencontre dans le champ de ma spécialité, je vous encourage à l'être également avec les miennes. L'échange constructif est un formidable accélérateur de la pensée surtout lorsque celui se base sur l'argumentation.

 

Interview Le monde sur la question du Grand Oral du BAC

L'article est paru en format court compte tenu du sujet très précis concernant l'offre d'accompagnement florissante spécifiquement labellisé "Grand Oral du Bac" pour surfer sur la vague émotionnelle crée par ce nouvel exercice, mais ce fut une discussion qui nous a amenés à nous demander comment un système d’aiguillage et d’orientation basé sur les notes fini par exiger des appliquants d’être convaincant sur leur choix d’orientation.

Un effondrement du sens déroutant.

Comment justifier d’un choix qui n’est pas vraiment le sien, pour lequel on a été influencé et sur lequel on a pas suffisamment réfléchi. Tout un programme.

Ce sera également une première pour les examinateurs qui devront noter une argumentation, il faudra donc voir ce que cela donnera, mais il y a fort à parier qu’il ne faudra pas que ce nouveau BAC soit un échec, ce ne serait pas glorieux.
Nous pouvons aussi nous demander quelles seront les compétences spécifiques de ces examinateurs, auront-ils une formation de RH par exemple.
Du coup, si la qualité de l’argumentation est basse, il devra y avoir nivellement par le bas pour sauver l’honneur et cela se fera au détriment de l’intérêt de l’exercice. Pour avoir fait il y a 17 ans environ des simulations d’entretiens d’embauche à la sorbonne avec des étudiants en fin de parcours, si l’on considère que cela à une valeur empirique, il y a fort à penser que ce sera en réalité, un fiasco. La seule question restante étant de savoir s’il sera rendu public.

C’est également à mettre en relation avec ces statistiques du CNESCO (Centre national d’évaluation du système scolaire):

43 % des jeunes n’ont pas de projet professionnel au moment du choix de filière
47 % des enfants de cadres déclarent que leurs parents les ont poussés à suivre certaines voies ou filières
54 % ont renoncé à postuler dans une voie envisagée lorsqu’elle lui a été déconseillée
37 % des étudiants ne poursuivent pas dans la filière où ils étaient inscrits en fin de Licence

Ils cherchent bien sûr à trouver des solutions à ces problèmes, en s’assurant de la motivation des élèves pour les spécialités choisies et d’un projet professionnel réfléchi.

Intéressant sur la forme, mais d’une hypocrisie rare pour un système qui ne propose que 4 heures de cours sur l’orientation en classe de seconde (pour le moment).

Texte écrit en mai 2021.

 

 

 

Imprimer E-mail

Critical review of Simon Sinek Start With Why book and concept

I stumbled upon his TEDx conference "start with why" (https://www.ted.com/talks/simon_sinek_how_great_leaders_inspire_action) during one of my field actuality searches and then I read his book which essentially repeats what he explained during his conference. Anyone who has seen it will admit that he is a very good speaker who knows how to convince. Moreover, the sales of his books are doing very well and this video, on the TED website, will soon exceed the 55,000,000 views mark.

1) The concept

This concept was initially developed for entrepreneurs or business leaders to help them inspire. Inspire their employees is important because we never work better than when we share the company's mission, but it is also question to inspire consumers. You might wonder why I'm interested in this subject since it doesn't have much to do with career choices, well think again, because he used this concept to create a method of orientation or at least a method that allows everyone to find their "Why".

For those who don't know the principle he describes, it's basically explaining that to inspire people, you have to be invested with a mission and not simply seek to make money. We're still on the subject of optimizing loyalty and sales. We will focus later on the underlying influence issue.

He breaks down the concept into three layers of three circles, at the center the "Why", then the "How" and finally the "What".
I am not going to paraphrase the author word for word, but rather give you a summary of the concept.
He explains that the majority of companies complain about not succeeding or not selling their product, because they fail to communicate to our deep emotional self, the part of our brain which guides the instinctive choices of most people. On this last point, it is proven by various psychological research that many of the choices we make are influenced by emotion.

To act on emotion, we must therefore, according to Sinek, start with the "Why", i.e. why I do what I do rather than the "What", i.e. look at my product it is great. Communicate on the "why" allows to ensure an emotional attachment to the cause, i.e., the desire in a human being to be part of a group, a group that is formed on the basis of common beliefs or goals in that case. What you need to do to inspire, to influence emotional choices and to sell your products is to start with why, why we do what we do. As opposed to all those who start with their product and explain why it is better than the others.

We could discuss this question when we know that many marketing and commercial studies show that the most important thing to sell is to communicate on the customer benefit, which Apple knows very well how to do, since when the iPod was released, the slogan was something like: more than 30,000 songs in your pocket. There are many other conferences on the subject, especially by Harvard professors...

So already, if you attacked the concept from that angle, you would start to shake it...

But for Sinek: "People don't buy what you do they buy why you do it! ".

2) Argument:

First, a question arises. Does the "Why" really act on emotion? What is the evidence for this? Using Apple as an example, what is the main reason that makes me personally choose an Apple product? Innovation, design, functions, brand image, what I think of myself when I buy it, or the why? I have not found any scientific studies or other type of research that remotely corroborate that the reason why companies were founded plays on emotion as suggested by the author. It seems true, it speaks to us, it makes sense, it even seems logical, but that does not mean it is true.

Let's move on to Sinek's argument, whose premise I recall is that money is just the bottom line and that it's why you do what you do that counts and sells.

He cites three examples, Steve Jobs, Martin Luther King, The Wright Brothers.

The boss of Apple, Steve Jobs, according to what Simon Sinek implies, would not have had as a primary motivation to make money when he started building his first computer in his garage. It would be necessary to do a research on the question that I simply don't want to do.
On the other hand, when you know Apple's economic history, you realize that there are certainly many other things that go into a company's success or turnaround than simply starting with why.

We can also spin things differently.
There are a lot of very successful companies on the planet. Can we explain these successes according to Sinek's concept? He didn't try to or even mentionned it...
Marketing experts know how to generate sales and even habits without the company having found its "Why", I think of the pork industry which, by surrounding itself with high-flying marketers, found the best way to influence the masses was using doctors to publicly sell a product so that the Americans' breakfast be composed of bacon and succeeded in making them believe that it was good for their health.

As for Martin Luther King, he just explains that to rally the spirits, he started with : "I have a dream" and so it speaks for itself. Ok.

The example of the Wright Brothers is quite astonishing because it is so fanciful, even flagrantly inaccurate historically. I encourage you to read this very well done collection of American sources on the subject: http://wright-brothers.wikidot.com/

Sinek explains that the best example of his theory is that of the Wright brothers who had no money or subsidies, were not helped by engineers or "brains" and that they were not attracted by money, but by something else and that's why they were the first to create a motorized plane and to fly. And he compares it to Samuel Langley who had all of that, but didn't get there and resigned when he heard that the Wrights had flown instead of contributing. He concludes that the Wrights got there because they were motivated by something deeper than money.

I'll let you do the research on this, but this is all completely false.
The Wright brothers were not the first to fly in a powered aircraft, they were just gliding for 50 to 100 meters in a glider propelled by some sort of slingshot from an overhanging sand mound. They were so attracted by money that they drew on the research of all the other manufacturers of the time, but did not communicate on their advances. They stopped wotking on their prototype and immediatly tried to sell their plane in Germany and France in particular, because the American government did not want it, but without making any demonstrations and finally by wasting time trying to monetize their invention, Louis Blériot crossed the channel.

In short, his concept is based on a rather thin argument, in my opinion, when you dig a little.

As an aside, this is the simple, but time-consuming work that needs to be done in relation to everything you are told to counteract the influence. That's what I try to help you do about career change pseudo truths and beliefs in my book for adults seeking change: Overcome Influence and Thrive, available on Amazon.

3) Limitations.

This is where you see the impact of the influence of a good speaker who seems passionate and convinced of what he or she is telling you. Your defenses are lowered and the message gets through. What he says then becomes embedded in you not as belief, but as knowledge, truth.

But is it really new knowledge on this issue? Is it a discovery?

Absolutely not, what he says has no basis, is not empirically tested nor scientifically proven and the argumentation on which this scaffolding is based is vague, unverifiable, even totally false.

I have a lot of respect for Simon Sinek and I would like to point out that he presents himself as a "leadership expert" and that many of his short videos on his YouTube channel are very interesting. Wanting to "inspire" business leaders and employees by making them question why they do what they do seems to me to be beneficial for everyone, but if we look closely at the theory behind this speech, it has a number of weaknesses when you break it down very quickly, notwithstanding all his fans.


It is important to note here that what is also interesting is that what he says makes sense to many. He has managed to convince many people. And personally, even if his arguments do not support his theory, the apparent logic and his conclusions appeal to me. Wouldn't we be at the border of sophistry.

I think the main reason is that it touches on the question of meaning. We are on the theme of the meaning of our lives, and of what we are going to leave to the future generations, which leaves nobody indifferent.

The search for meaning and why is fundamentally linked to the evolution of mankind, to the understanding of the world.

Anyway, it is a bit thin to try to adapt this to build a method of career guidance and terribly problematic. I will try to go deeper in a next article about Sinek's next book "Find you why", directly focused on the problematic of orientation / personal development.

Anyway, you will admit that you don't need to be a great thinker, or a researcher, to go deeper into someone's concept, theory, speech, examples and arguments, to highlight the different points of questioning and to uncover much of the influence inherent in it all.

Imprimer E-mail

Analyse critique rapide du livre de Simon Sinek  Start with why 

Je suis tombé par hasard lors de l’une de mes veilles documentaires sur sa conférence TEDx « start with why » (https://www.ted.com/talks/simon_sinek_how_great_leaders_inspire_action) et j’ai ensuite parcouru son livre qui reprend essentiellement ce qu’il explique en substance durant sa conférence. Tous ceux qui l’ont vu admettront sans détour qu’il est un très bon orateur qui sait convaincre. D’ailleurs les ventes de ses livres se portent très bien et cette vidéo, sur le site de TED va dépasser sous peu la barre des 55 000 000 de vues.

 

  • Le concept

 

Ce concept est initialement développé à destination des entrepreneurs ou dirigeants d’entreprise pour les aider à inspirer. Inspirer leurs employés, on ne travaille jamais mieux que lorsque l’on partage la mission entre autres de l’entreprise, mais également inspirer les consommateurs. Mais alors vous pourriez vous demander pourquoi je m’intéresse à cela vu que cela n’a pas grand-chose à voir avec l’orientation, et bien détrompez-vous. Car il s’est appuyé sur ce concept pour pondre une méthode d’orientation ou tout du moins une méthode permettant à tout un chacun de trouver son « Why ».

Pour ceux qui ne connaissent pas le principe qu’il décrit, il s’agit en gros de nous expliquer que pour inspirer les gens, il faut être investi d’une mission et non pas chercher simplement à faire de l’argent. Mais du coup, on est quand même bien sur un sujet traitant de la question d’optimiser l’adhésion et les ventes. Nous allons ensuite nous focaliser sur la problématique d’influence sous-jacente.

Il décompose le concept en trois strates de trois cercles, au centre le « Why » donc le pourquoi, ensuite le « How » donc le comment et enfin le « what », le quoi.

Je ne vais pas ici paraphraser l’auteur mot pour mot, mais plutôt vous faire un résumer du concept.
Il nous explique que la majorité des entreprises se plaignent de ne pas réussir ou de ne pas vendre leur produit, car ils n’arrivent pas à communiquer à notre centre émotionnel profond, cette partie du cerveau qui guide les choix instinctifs de la plupart des gens. Sur ce dernier point, il est prouvé par différentes recherches en psychologie que beaucoup des choix que nous faisons sont influencés par l’émotion.

Pour agir sur l’émotion, il faut donc, selon Sinek, partir du « Why », soit pourquoi je fais ce que je fais plutôt que le « What », soit regarde mon produit comme il est bien. Communiquer en partant du « why » permet de s’assurer un attachement émotionnel à la cause, soit l’envie chez l’être humain de faire partie d’un groupe, groupe qui se constitue sur la base de croyances ou de buts communs dans ce cas.

Ce qu’il faut faire pour inspirer, influer sur les choix émotionnels et vendre ses produits, c’est partir du pourquoi, pourquoi nous faisons ce que nous faisons. Au contraire de tous ceux qui partent de leur produit en expliquant pourquoi il est meilleur que les autres.

On pourrait discuter sur cette question lorsque l’on sait par ailleurs que beaucoup d’études marketing et commerciales montrent que l’important pour vendre est de communiquer sur le bénéfice client, ce qu’Apple sait très bien faire, puisqu’à la sortie de l’iPod, le slogan était quelque chose du genre : plus de 30 000 chansons dans votre poche. Il existe beaucoup d’autres conférences sur le sujet notamment de professeurs d’Harvard…

Donc déjà, si on attaquait le concept sous cet angle, on commencerait à le faire vaciller…

Mais pour Sinek : « People don’t buy what you do they buy why you do it! » ce qui se traduit par : les gens n’achètent pas votre produit, mais pourquoi vous avez créé le produit.

 

  • L’argumentation :

 

Tout d’abord, une question surgit. Le « Why » agit-il vraiment sur l’émotion ? Qu’est-ce qui nous le prouve ? En partant de l’exemple d’Apple, quelle est la raison principale qui me fait personnellement choisir un produit Apple ? L’innovation, le design, les fonctions, l’image de la marque, ce que je pense de moi en l’achetant, ou le pourquoi (en ai-je simplement une vague idée, autrement que celle précisée par Sinek) ? Je n’ai pas trouvé d’études scientifiques ou autre corroborant de près ou de loin que la raison pour laquelle les entreprises ont été fondées joue sur l’émotion et assure le succès et les ventes de leur produit comme suggéré par l’auteur. Cela semble vrai, cela nous parle, a du sens, paraît même logique, mais cela ne signifie pas que c’est vrai.

Passons maintenant à l’argumentation de Sinek, dont je rappelle le principe qui consiste à penser que l’argent est juste le résultat et que c’est la raison pour laquelle on fait ce que l’on fait qui compte et qui fait vendre.

Il cite trois exemples, Steve Jobs, Martin Luther King, Les Frères Wright.

Le boss d’Apple, Steve Jobs, selon ce que sous entend Simon Sinek, n’aurait pas eu comme motivation première de faire de l’argent quand il a commencé à construire son premier ordinateur dans son garage. Il faudrait faire une recherche sur la question que je n’ai simplement pas envie de faire.

Par contre, quand on connaît l’histoire économique d’Apple, on se rend compte qu’il y a certainement bien d’autres choses qui entrent en jeu dans le succès ou le redressement d’une entreprise que de simplement commencer par pourquoi.

Nous pouvons également tourner les choses différemment.

Il y a beaucoup d’entreprises sur la planète qui ont beaucoup de succès. Peut-on expliquer ces succès selon le concept de Sinek ? Il ne s’y est pas aventuré…

Les experts du marketing savent générer des ventes et même des habitudes sans pour autant que l’entreprise ait trouvé son « Why », je pense, à l’industrie du porc qui en s’entourant de marketeurs de haute volée ont cherché à trouver le meilleur moyen d’influencer les masses et se sont payé les services de médecins afin de vanter leur produits publiquement et faire en sorte que le petit déjeuner des Américains soit désormais composé de Bacon. Ils on réussi a faire en sorte qu’ils croient que c’était bon pour la santé.

En ce qui concerne Martin Luther King, il explique juste que pour rallier les esprits, il a commencé par : « J’ai un rêve » et que donc c’est parlant. Bien.

L’exemple des Frères Wright est quand à lui tout à fait étonnant tellement il est fantaisiste, voir flagrant d’inexactitude historique. Je vous encourage à lire ce recueil très bien fait et qui plus est de source américaine sur la question : http://wright-brothers.wikidot.com/

Sinek nous explique que le meilleur exemple de sa théorie est celui des frères Wright qui n’avaient pas d’argent ni subventions, n’étaient pas aidés par des ingénieurs ou des « cerveaux » et qu’ils n’étaient pas attirés par l’argent, mais par autre chose et c’est ce qui fait qu’ils ont été les premiers à créer un avion motorisé et à voler. Et il compare cette situation à Samuel Langley qui avait tout cela, mais qui n’y est pas arrivé, et qui a posé sa démission lorsqu’il a entendu que les Wright avaient volé au lieu de leur apporter sa contribution. Il en conclut que les Wright y sont arrivés car ils étaient motivés par quelque chose de plus profond que l’argent .

Je vous laisse faire les recherches sur le sujet, mais tout ceci est complètement faux.

Les frères Wright n’ont pas été les premiers à voler dans un avion motorisé, ils ne faisaient que planer pendant 50 à 100 m, dans un planeur propulsé par une sorte de fronde depuis une bute de sable situé en surplomb. Ils étaient tellement attirés par l’argent qu’ils s’inspiraient des recherches de tous les autres constructeurs de l’époque, mais ne communiquaient pas sur leurs avancements. Ils ont tout de suite arreté de développer leur prototype pour se concentrer sur la vente de leur invention en Allemagne et en France notamment, car le gouvernement américain n’en voulait pas, mais sans faire de démonstrations et finalement à force de perdre du temps à vouloir monétiser leur invention, Louis Blériot a traversé la manche.

Bref, son concept repose sur une argumentation plutôt mince finalement, d’après moi, quand on creuse un peu.

En aparté, voilà le travail simple, mais chronophage qu’il est nécessaire de faire par rapport à tout ce que l’on vous raconte pour contrer l’influence. C’est ce que je tente de vous aider à faire sur les croyances liées à la reconversion dans mon ouvrage destiné aux adultes en recherche de changement de carrière : Surmonter l’influence et changer, disponible sur Amazon.

 

  • Les limites.

 

On voit bien là l’impact de l’influence d’un bon orateur qui a l’air passionné et convaincu de ce qu’il vous dit. Vos défenses s’abaissent et le message passe. Ce qu’il dit s’intègre alors en vous non pas comme une croyance, mais comme du savoir.

Pourtant, s’agit-il vraiment d’un savoir nouveau sur cette question ? D'une découverte?

Absolument pas, ce qu’il dit n’a aucun fondement, n’est pas testé empiriquement, validé par d'autres professionnels ni prouvé scientifiquement et l’argumentation sur laquelle cet échafaudage repose est vague, invérifiable, voire totalement faux.

J’ai beaucoup de respect pour Simon Sinek et je souhaiterais souligner le fait qu’il se présente en tant que « leadership expert » et que beaucoup de ses petites vidéos sur sa chaîne YouTube sont très intéressantes. Vouloir « inspirer » les chefs d’entreprises et les employés en les faisant se questionner sur le pourquoi de ce qu’ils font me semble être bénéfique pour tout le monde, par contre si l’on s’arrête sur la théorie portant ce discours, elle présente un certain nombre de faiblesses quand on la décortique très rapidement, n’en déplaise à tous ses fans.

Il est important ici de noter que ce qu’il y a d’intéressant également, c’est que pourtant, ce qu’il dit fait en apparence « sens » pour beaucoup. Il a réussi a convaincre beaucoup de monde. Et personnellement, même si ses arguments ne soutiennent pas sa théorie, l’apparente logique et ses conclusions m’interpellent. Ne serions-nous pas là à la frontière du sophisme.

Je pense que la raison principale est qu’il touche à la question du sens. On est sur le thème du sens de nos vies, et de ce que l’on va laisser aux générations futures, ce qui ne laisse personne indifférent.

La recherche du sens et du pourquoi est fondamentalement liée à l’évolution de l’homme, bref de la compréhension du monde.

Quoi qu’il en soit, c’est un peu mince pour tenter d’adapter cela pour construire une méthode d’orientation voir terriblement problématique. Je tenterai d’approfondir dans un prochain article sur le prochain livre de Sinek « Find you why » ou « trouver votre pourquoi », directement centré sur la problématique de l’orientation / développement personnel.

Quoi qu'il en soit, vous admettrez qu'il n'est nul besoin d'être un grand penseur, ou un chercheur pour approfondir le concept, la théorie, le discours, les exemples et arguments de quelqu'un, mettre en évidence les différents point d'interrogations et mettre à jour une bonne partie de l'influence inhérente à tout cela.

Imprimer E-mail

L’orientation source pimaire de la motivation et du développement personnel ?

Temps de lecture 9 minutes

Nous sommes beaucoup à considérer que la difficulté à se lever le matin est un des indicateurs de notre entrain, de notre motivation.

Alors on peut tenter des subterfuges pour y remédier comme se fixer des objectifs, avoir une augmentation, ou évoluer, changer de secteur d’activité mais cela ne fait pas toujours effet longtemps… Il faut remonter à l’origine du problème pour trouver des solutions durables, d’où le boom des réorientations de carrières.

Mais alors pourquoi ? Est –ce notre façon de nous orienter qui poserait problème ? Nous serions nous fait berner à un moment donné ?

Ceux qui ne s’intéressent pas de plus près à l’orientation oublient d’analyser un élément prépondérant et fondateur de la motivation, principalement au travail. Ce travail qui a des implications sur notre développement personnel, nous en avons tous conscience, personne ne doute du lien de causalité.

Je vais essayer de rendre le sujet instructif et amusant tout en restant sérieux, et que cette lecture vous permette d’en tirer un bénéfice certain, parce que sinon, on est tous très occupés.

Instructif, ce le sera certainement, puisque sur ce sujet, vous nagez dans la désinformation.

S’en amuser, c’est ambitieux, je suis presque sûr de ne pas y arriver, vous en jugerez !

Suis-je légitime pour vous parler de tout cela ? Je dirais au moins, un peu plus que la moyenne, je suis coach professionnel (Master de Psycho, Diplôme Universitaire de coaching professionnel), je m’intéresse et travaille depuis plus de 15 ans à aider mes clients petits et grands à choisir leur orientation intelligemment.

Alors qu’est-ce que l’orientation ?

D’emblée, vous remarquerez que lorsque l’on parle d’orientation, vous avez une idée précise en tête de ce à quoi cela correspond, tout en ayant à la fois vaguement conscience que cela peut aussi correspondre à beaucoup d’autres choses.

Faites le test ! Si vous avez quelqu’un à côté de vous, là tout de suite, arrêtez de lire un moment et demandez lui de vous dire ce que l’orientation signifie pour lui?

C’est typiquement le genre de notion qui paraît claire, mais qui ne l’est pas. C’est quand même embêtant vu l’enjeu.

Au delà de la définition, ce qui nous intéresse en premier lieu c’est quand même l’objectif de l’orientation. Objectif dépendant donc de l’individu : un travail.

Nous avons donc dans un premier temps deux aspects majeurs à aborder :

1)   Qu'est ce que s'orienter

2)   Quelle stratégie adopter pour y arriver intelligemment.

Alors d’accord, devoir s’attarder sur une signification c’est un peu barbant, mais tenez bon quelques lignes.

Nous allons prendre l’exemple de l’orientation pour les ados. Nous l’avons tous été.

Mettons nous un instant dans la peau d’un ado à l’aube de la troisième, de la première ou de la terminale à qui l’on ne parle, au lycée, que de choisir une voie. Dès lors, ce qu’est l’orientation n’est pas à remettre en cause ; il s’agit juste de choisir une voie.

Il va donc devoir faire un choix. Et cela ne va pas être aussi facile qu’au mcdo !

L'élève est assailli de conseils de toutes parts, quand il n'a pas été conditionné depuis longtemps par son entourage.

Certains, grâce à un égo et une personnalité affirmés ont su faire face et résister.

En tout cas, nous sommes tous conditionnés à penser l'orientation par les notes et en terme de voie. C’est la pierre angulaire de l’orientation dans notre système scolaire.

Mais où est le problème finalement ? Explorons d’un peu plus près la situation.

Nous avons d’un côté l’ado qui sait déjà ce qu’il veut faire, depuis longtemps, et y a pensé en long, en large et en travers. Celui là, nous le félicitons, nous lui souhaitons toute la réussite possible, mais il ne nous intéresse pas. Car même s’il s’est trompé, il est persuadé d’avoir fait le bon choix, et ne cherche pas, la plupart du temps, à y réfléchir.

C’est l’ado qui ne s’en sort pas qui nous intéresse, car il est dans une dynamique, consciente ou inconsciente, active ou passive, à trouver une solution. C’est donc grâce à lui qui nous allons pouvoir explorer la complexité de la situation.

Donc notre ado se retrouve avec un système de pensée totalement biaisé, sans savoir comment aborder la question, ni arme pour trouver des solutions.

Comme il a une vie bien remplie entre les devoirs, le sport, les sorties, les conflits parentaux et les histoires de cœur, ce n’est pas gagné. Le tout sur fond de hantise du chômage.

Parenthèse : Et finalement, le salarié est il si loin de tout ces tourments?

Il me faut bien ici mentionner Parcoursup, il faut désormais démontrer sa motivation de façon claire et avoir un véritable projet.

Donc si on résume la situation qui vient juste de se complexifier : L’élève est souvent orienté malgré lui dans une voie, à cause de ses notes, n’a pas trop le temps de s’intéresser à la question de son orientation et doit ensuite être motivé à travailler au quotidien, puis tenter de démontrer sa motivation pour Parcoursup, la conserver durant ses études professionnalisantes, y croire pour attraper un stage et enfin la redémontrer avec encore plus d’aplomb lors de son premier entretien d’embauche.

Enfin, si il arrive jusque là, puisqu’en France on tourne environ à 37% d’abandon en 1ère année post-bac.

Bref, pas facile d’être motivé à travailler ou à faire un choix, vous en conviendrez. Statistiquement, 50% (à la louche) de ceux qui liront ces lignes en conviendront puisqu’ils l’ont vécu.

Alors du coup, dans ce « con-texte », s'orienter, c'est quoi ? Et qu’est-ce que cela devrait être ? Est-ce plutôt choisir une école, une voie, un secteur ou bien choisir un métier, définir un plan de carrière? Quels sont les inconvénients ou avantages réels de ces différentes options ?

Concernant le deuxième aspect majeur que j'évoquais plus haut, lorsque traverse l’esprit de l'étudiant, l’idée de la tentative de considérer se mettre à réfléchir à son orientation, survient alors ce piège de la pensée qui généralement repousse ce sursaut de lucidité et de réalisme : la stratégie.

La stratégie pour définir la meilleure façon de prendre le problème pour être sûr de faire le bon choix.

Notre ado n’était déjà pas bien emballé par la situation et la charge mentale imposée mais alors si en plus il faut réfléchir à l’élaboration d’une stratégie, beaucoup à ce stade baissent les bras et se laissent couler.

Il reste quand même un choix inévitable à faire mais il n’a pas de réponse, cela semble compliqué, il passe à autre chose, la politique de l’autruche est plus simple, plus inquiet que lui se chargera bien du problème… Et comme il y a plus inquiet que lui, la stratégie est toute trouvée.

Et si la question de la stratégie à définir ne tue pas son entrain, la fraction de pensée lui faisant réaliser l’importance du choix à faire et de ses conséquences futures suffit généralement à le faire renoncer et à passer à quelque chose de bien plus amusant : sa partie de Fortnite.

Pour ceux que je viens de perdre, il s’agit d’un jeu vidéo.

A ce stade, c’est vraiment dur d’être motivé à bosser. Notre ado a de mauvais résultats et pas besoin d’être colombo pour identifier la coupable.

Du coup, que se passe t’il alors ? Le plus inquiet prend le problème en main.

Le parent se retrouve devant une pluralité d'options qui ne sont pas toujours très claires pour lui, avec ses propres objectifs d’aider son ado intelligemment :

  • Donner des conseils,
  • écouter les conseils du professeur principal ou de la conseillère d’orientation du lycée,
  • choisir une école au prochain salon de l'orientation,
  • faire en sorte qu’il se ferme le moins de portes possibles,
  • faire un bilan d'orientation,
  • faire appel à un coach,

etc...

(Je parle désormais du parent, puisque l’étudiant, nous l’avons perdu depuis sa partie de Fortnite.)

Comme il n’existe aucun guide des méthodes d’orientation, des différents services, de leur lexique spécifique, aucune description claire, aucun encadrement légal, aucune comparaison, ni analyse et que personne n’est là pour lui clarifier tout cela, le pauvre parent est donc lui aussi un peu perdu.

Pour lui, tout cela est vertigineusement nébuleux. D’ailleurs il ne faut pas lui jeter la pierre car même pour une bonne partie des « professionnels » du secteur c’est le cas également quand bien même ils seraient persuadés du contraire.

Bref, c’est une nouvelle fois bien mal parti. Il a 90% de chances de choisir une méthode, qui n’apportera pas de solutions, qui fatiguera et déprimera son ado, qui créera un conflit, qui sera couteuse en temps, en énergie et en confiance en soi, tout de suite ou plus tard, totalement ou en partie.

A quel service d’orientation va t’il s’adresser ? A qui faire confiance ? Qu’est ce qui marche le mieux ? Quel type d’aide son ado va t’il accepter ? Combien cela va encore coûter et pour quelle garantie de résultat ?

Depuis le début de votre lecture, vous devez sûrement vous dire qu’il y a beaucoup de question soulevées et peu de réponses pour le moment, vous avez raison, mais elles arrivent.

Il y a une image que j’aime bien : Les offres en orientation scolaire sont aussi complexes que les offres en téléphonie mobile. On croirait que tout est fait pour que vous ayez du mal à vous y retrouver et que vous ne puissiez pas comparer, en tout cas rapidement.

Au delà de la complexité des offres, et histoire de synthétiser car cela est évidemment plus complexe que cela. Je parlais juste avant des professionnels du secteur.

Bien sûr, ce que je vais dire n’engage que moi, mais je dirais que sur le panel d’intervenants, vous en avez environ 10% qui savent a peu près de quoi ils parlent et font certainement du bon boulot (après tout on à tous des jours sans), d’autres qui ont les compétences, mais appliquent une méthode en laquelle ils croient et qui ne marche pas, et d’autres encore, la très large majorité, non qualifiés, qui ne comprennent pas grand-chose aux tenants et aux aboutissants de ce qu’ils font, ni de ce qu'ils proposent, et à qui on ne devrait surtout pas confier un ado influençable en pleine construction.

C’est mon constat, tout personnel et subjectif, après 15 ans de veille concurrentielle.

Cela à donc des implications directes pour le parent, la complexité du travail d’élagage et de recherche qui l’attend ne s’arrête pas là. Il faut aussi qu’il arrive à dissocier le discours marketing qui passe bien et le professionnalisme, vu que certains répètent (ou copient-collent) ce qu’ils ont lu à droite à gauche, et qu’il faut être au fait des choses pour faire le rapprochement avec l’offre de service qui est proposée et réaliser que c’est tout bonnement contradictoire.

Bien sûr toutes les façons de s'orienter ne se valent pas, conseils de parents ou de professeurs, test d'orientation et bilan ou coaching d'orientation posent chacune des problèmes, certaines bien plus que d'autres. Le profil, voire même la personnalité des intervenants a une importance également car le feeling peut ne pas « passer » avec tout le monde.

Mais alors quoi faire devant tous ces problèmes ? Comment sortir son épingle du jeu ?

Est-ce important de répondre à toutes ces questions ?

C’est indispensable pour permettre une prise de conscience et remédier à l'échec post bac avec ses 43% d'erreurs d'orientation et leurs conséquences concrètes sur les étudiants. 43% c’est simplement abyssal.

Le parent aide, de bonne foi et avec les meilleures intentions du monde en fonction de ses croyances et certitudes, altérées par la désinformation ambiante qu’il croit pertinente.

L'élève s’oriente parfois sans prendre conscience des implications que cela peut avoir de choisir une voie plutôt qu'un métier, ni de choisir telle ou telle méthode pour faire son choix d'orientation. Il ne conçoit pas toujours l’impact que cela aura sur sa motivation et son développement personnel à travers son travail.

Il y a peu d’ados qui s’intéressent à la question de la motivation ou du développement personnel.

C’est à ce moment chers lecteurs que pour vous sauver de ce désarroi causé par toutes ces questions, les réponses arrivent. Là, maintenant, tout de suite. Et vous vous en doutez, c'est le moment ou je vais faire l'auto-promotion de la solution à tous ces problèmes.

Si vous êtes dans une situation similaire, souhaitez anticiper les problèmes ou simplement avoir une idée plus précise sur ces questions primordiales :

Je vous invite à télécharger mon livre qui est actuellement gratuit pour une durée limitée.

Cet ouvrage est il totalement exhaustif au sens le plus pur du terme ?

Non, je vous rassure tout de suite, il est question d’aller à l’essentiel et de répondre aux questions les plus pressantes des parents et étudiants en prenant en compte l’existant le plus représentatif. Parce que bon, on est tous très occupés.

Et puis il n’est pas question d’être le cobaye d’une méthode inédite.

Je le rappelle, on souhaite à tout prix éviter de se tromper, et les coûts annexes de tous types qui en résultent.

Cette analyse, se veut elle strictement scientifique ?

Bien sûr que non, et puis il faut que cela reste agréable à lire, mais attention, elle est quand même basée sur des faits, observables, réels, et présentés au fur et à mesure pour les besoins des démonstrations.

Je n’ose imaginer le travail nécessaire pour mettre en place des expériences sérieuses en orientation menées par des psychologues avec des variables contrôlables et un suivi sur 20 ans ou plus et ce sur un échantillon d'étudiants représentatif.

Sinon, je suppose que tous les experts des centres de recherches d’état sur l’orientation, l’Observatoire des politiques et des pratiques pour l’innovation en orientation (Oppio) et l’INETP / Cnam, l’institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle, dont je ne fais pas parti, auraient publié un guide à l’attention du public basé sur celles-ci.

Mais alors, à quoi pouvez-vous vous attendre dans cet ouvrage ?

A une analyse fine des méthodes d’orientation, de leurs limites et de leur intérêt pour que vous arrêtiez de vous faire berner par l’industrie de l’orientation en France, en se concentrant sur l’essentiel, parce que vous l’avez compris, ayant moi-même beaucoup de hobbies, je suis très soucieux de ne faire perdre son temps à personne.

Disponible sur mon site personnel

Disponible sur Amazon

Disponible sur Google Play

Traduit en Anglais et en Espagnol.

Imprimer E-mail

L'éducation nationale utilise la visioconférence pour les épreuves du bac

J'ai souvent l'occasion de sentir chez les parents de mes clients et même chez beaucoups d'élèves et d'étudiants qui me contactent directement, certaines réticences face à un accompagnement à distance par Skype*. Généralement, les explications données me laissent penser qu'ils ont le sentiement que cela est moins "sérieux", que la nature du contact ne permettra pas les mêmes bénéfices en terme de qualité du travail et de résultats. Je sais par expérience qu'il n'en est rien et il faudra du temps pour que les mentalités changent. Heureusement ces nouveaux moyens de communication étant à présent largement utilisés par l'éducation nationale, les habitudes devraient vite évoluer.

Oui, désormais les élèves passent des épreuves du bac par visioconférence. Il s'agit bien entendu d'épreuves orales. Une nouvelle preuve si cela était nécessaire du formidable outil que représente la visioconfrence ou webconférence, mais surtout que cet outil permet une communication verbale et non verbale absolue. Et lorsque l'investissement est entier et que le cadre n'est pas perturbé par des distractions extérieures, cela s'avére tout aussi performant que le face à face.

Cela fait déjà des années que j'accompagne les étudiants sur tous types de problématiques en visioconférence et cette validation, en quelque sorte, du gouvernement sur mes recherches, mes convictions et les excellents résultats obtenus via ce mode de communication dans mon travail avec les étudiants est aujourd'hui une réelle satisfaction.

 education.gouv.fr-epreuve du bac par visioconference

 

 

En fait, ce n'est qu'une demi surprise et ce n'est pas vraiment nouveau que l'éducation nationale s'interroge sur les possibilités offertes par un tel outil, et mette en place des projets pilotes afin d'en définir les limites et bénéfices, puisque déjà en 2007, une première "expérience" avait été mise en place par le ministère de l'éducation nationale pour l'aprentissage des langues vivantes étrangères et qui avait été "étendue" en 2008 et ceci nottament dans des écoles primaires et élémentaires!

"40 sites pilotes ont été retenus dans le cadre de l'appel à projet «Visioconférence pour favoriser l'apprentissage des langues». Ce dispositif est étendu à 1 000 écoles à la rentrée 2008"

 

education.gouv.fr-visioconference-2008 appprentissage langues vivantes

 

Je me réjouis que ce moyen de communication soit enfin validé par le gouvernement comme outil d'enseignement à part entière, mais cela va en fait bien plus loin puisque en juin 2014, un cours en ligne ouvert à tous sur l’enseignement et l’apprentissage avec les technologies informatiques a débuté le 30 avril 2014. Ce MOOC (comprenez en anglais : massive open online course), constitue un exemple de formation ouverte et à distance en télé-enseignement. Co-produit par l'ENS de Cachan et l'ENS de Lyon vise à fournir un tour d’horizon des questions relatives à l’éducation et aux outils numériques, et aussi à favoriser la mise en place de projets de formation ayant recours à ces mêmes technologies.

"Le cours est destiné aux professionnels de l’enseignement et de la formation (enseignants dans le primaire, le secondaire ou le supérieur), formateurs d’adultes, chargés des questions éducatives dans les collectivités, producteurs de ressources, voire à tous ceux qui sont impliqués dans des activités d’éducation ou de formation comme les parents d'élèves et les étudiants"

La page d'inscription au cours en cliquant ici

 

educsol.education.fr-enseigner et former avec le numerique

 

Tout cela fera réfléchir, je l'espère, les personnes réticentes à se lancer dans une démarche de coaching à distance en visioconférence. Si vous souhaitez en savoir plus je vous invite à lire ma page consacrée au coaching à distance.

Imprimer E-mail