Blog

Bienvenue sur le Blog de Philippe Vivier, La publication de mes ouvrages sur le business de l'orientation et mes manuels d'auto-coaching me poussent en 2020 à enfin regrouper mon contenu éditorial au sein d'un Blog, vous pourrez retrouver au fur et à mesure toute mon actualité, mes derniers articles, mes essais, mes publications ainsi que mes dernières interviews dans la presse. Certains articles sont également traduits en Anglais.

Je tente avec l'humilité et la logique qui sont les miennes, une critique rapide, délibérément simplifiée et vulgarisée, envers les idées, les concepts et les théories que je rencontre dans le champ de ma spécialité, je vous encourage à l'être également avec les miennes. L'échange constructif est un formidable accélérateur de la pensée surtout lorsque celui se base sur l'argumentation.

 

Unbiaised review of Career Explorer test by Sokanu: Is it worth it?

It took me 1 hour to actually finish the test, but I am a career professional. It should probably take you a bit more time.

This would be counterproductive to describe every part or aspect of the test, as obviously it would take forever, so I decided, rather than report every step, to focus on what really matters.

This review is to be considered as a humble critical analysis.

If you want to get a complete overview of what a career test is and it’s limits beforehand, I encourage you to stop right here and read my book “Career Guidance or The Art of Not Failing” available on Google play and amazon, of which I will provide some extracts or concepts here and there in this review.

I will start with my conclusion, then let the reader explore my experience in depth to deepen the understanding and basis for this conclusion and especially think about some of the key questions that emerged down the line. I will also provide the screenshots of my results.

Before checking the conclusion let’s quickly take a look at some of their statements about the Career Explorer test that you can find on their website, and let’s read between the lines.

“Using advanced machine learning, psychometrics, and career satisfaction data, we’ve reimagined what a career test can be."

“Our machine learning models train on millions of data points, constantly improving the reliability and validity of our career test results.”

“We provide career matches based on your interests, goals, history, workplace preferences, and personality.”

So it’s unclear how the test is really constructed at that point and to what extent it is validated, and finally they do not include in the list of what the test provides: what you want or makes sense to you.

“We continuously tweak our algorithms and update our datasets to provide industry-leading match accuracy."

Given the fact that any change may impact the results provided and that it should be validated by empirical scientific testing each time, this is scary knowing “they” are continuously tweaking the AI.

Another huge statement from the career explorer website at the time I wrote this article: “Whether you’re pursuing education, in the early career stages of your career, pivoting to a new path, or just looking for answers, we’re here to help you discover where you’ll find happiness in the world of work.”

Happiness at work, nothing less. This is not even a bold statement but a foolish one as even psychology researchers have trouble defining and measuring it. I will let you check about that on your own.

In their “what makes us unique” section, they state the test is based on the Big 5 Model (I encourage you to read the Wikipedia page on this one and especially the “critique” chapter :https://en.wikipedia.org/wiki/Big_Five_personality_traits), and that they mix it with the Holland codes (the RIASEC).

How they do that, how it works exactly, how their test and algorithm were validated remains a mystery at that point. But they take two different controversial models and concepts, which even taken separately have some flaws, that are about personality types at work and have nothing to do with a career choice, mix it up in an unknown way, then has an undocumented AI serves you a result of a career path or degree.

I can’t stress this enough: How this magic mix has been validated is the central question.

And at last we can read, “Our career test items were developed by a team of I/O psychologists with years of experience in the field of psychometrics.” and in the “about page” of the website you can read: “In 2012, Spencer founded Sokanu to solve this problem. He partnered with PhD career psychologists to reinvent the standard career test and launched what would become CareerExplorer—a world-class career platform powered by modern science and technology.”

So, please type in your preferred search engine “PhD career psychologists”, you will see that there is no such thing. Of course there are a couple of PhDs in psychology but as you just realized, not in the “career” field and the way it is written is highly misleading, influential.

So what is the type of results you can expect?

Here is my conclusion on this test:

There are a lot of really interesting steps, if only they were in a different format with open text field leaving the user to be able to express himself. Unfortunately, that would be impossible for a computer program to handle and it could still probably lacks context and meaning as if you don’t have someone to tell you it’s not clear enough or not thorough enough, you will be left with a lot of different types of deepening depending on the individuals.

Therefore, it’s based on the perception you have of yourself or the image you want to be considered as.

Someone, like me, having done psychoanalysis for more than 9 years and being a coach for the last 17 years has a deeper understanding of himself than common people. I guess the results should be more accurate.

Here are the actual results of my test.

Your discoveries (the characteristics that make me unique): Groundbreaker / feeling minded / maximizing

Groundbreaker Career Explorer test Result

Feeling Minded Career Explorer test Result

Maximizing Career Explorer test Result

My top careers:

My Career results Career Explorer test Result

 

My degrees:

My degrees Career Explorer test Result

These careers are not much of a change! This is just activities as a full career that I already do as a Coach and Psychoanalyst right now. I won't even comment my top degrees results.

I have trouble saying they are way off on the personality aspects, but my next career ideas they provide are what I already do. There is a big part of the test that is about your current career, activities and what you like about it, so I don’t really understand what’s going on here. It’s interesting to note that I really like computer design, web design and UX design and that didn’t come up. Why?

It doesn’t get any better if you’re a student or first-time career chooser because you’re left with so many results that without professional help it can quickly become overwhelming. This is probably why they offer a premium package with professional coaches. Well, they do want and need to make money.

What happens is that without reflecting at every question, without having someone pointing out some truths about yourself to help bring the focus on what you are and what you like more closely to reality, your answers are not truthful as they should and therefore the results will be different than what it should be, conceptually. That’s the main problem, and not specific to this test.

People representations and thinking are usually biased. You want to answer a question in some way, OK, but do you have a clear view of yourself and what you really like? Usually it takes some real self-reflection to do. It is also important to take into account that some people have been highly influenced in their way of viewing themselves, especially by school, studies, parents, boss, co-workers, family members and close friends. There are usually many things to deconstruct in your beliefs but also some work to do on your mindset prior to thinking and setting any career goal.

My opinion is that the results represent what I already do and therefore doesn’t help much considering a change of career. This test doesn’t solve the main problems all career test presents, it is influential and the results are biased by the representations of each individual that are not questioned making the results unreliable. The lack of context and meaning in all the types of answers you are asked to give is what makes a career test useless. A test supposed to work for everyone that could take into account such things with open answers just cannot be analyzed by a computer that will be able to give a sensible result. You can’t mass provide career choices, period. When you face even only five career choices, what do you do? Preferably you seek professional help, that’s why they have a premium package. So in the end, as usual, this is all made to hook you up with a plan and sell you some additional services as you will think their test is well made, that the results are interesting and by the time you spent 1 hour answering questions, you will be the subject of a well-known marketing manipulation. I encourage you to read Mr Cialdini and others, on the different marketing manipulation techniques.

For now, my advice is that you find another option. One that relies on your own thinking preferably and that will not influence you, of course.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Now, the resume of my experience with the test, step by step.

We will start with the first step as this is where we encounter the first problem.

The test asks you what activities you would like to do.

Great! But this format is problematic in two ways, first, the algorithm can’t deal and process easily open text input, second, I know that the majority of my clients have trouble answering quickly and without a doubt what it is they really like to do. Usually people need guidance with this step. The other aspect is that even if you and the system could overcome these problems no artificial intelligence will ever be able to know what is meaningful to you in those activities or what’s the most important one, without much more information.

And does it list all the activities in the world: NO. Of course It can’t. Therefore it steers (influence) you in some direction and doesn’t make you really think about what you like. Supposedly because the test makers can’t do anything else if they want to give you some result they can compile at the end. Those activities are in fact the reflect of a clear but general path, a field. The process here hasn’t changed much compared to other tests, it’s not so much about activities but more about finding a path.

Let’s take a look at some examples: Find support resources for families in need / repair farm equipment / research how genes function.

You are asked to choose between: Hate it / dislike it / neutral / like it / love it

How does this answer help define how much you like it really and why?

It’s like reviews on books. A 3-star rating for one will be a 5-star rating for another, it all depends on your representations, norms and experience. A “dislike it” for someone will be a “neutral” for someone else with the exact same representation on the activity. There is a deep lack of meaning here.

The second step asks you to rate careers, it’s called your personality archetype.

It doesn’t take into account the first answers given and how you responded to the activities you liked in the first step. They give you the name of a job like “marine biologist” with a short explanation of what it’s a bout.

I bet they do that because they suppose that you thought you like or disliked something in the first step but did so without knowing exactly what it was all about, and without context. So they double-check your answers providing some more details and you’re asked to rate it again with stars from 1 to 5. In this case I saw a direct link between step one and two.

So basically you do this step as in step 1 but this time with some more details. This is kind of smart but time consuming, obviously we all have misrepresentations of activities and jobs. They show you job titles as diverse as dog walker, flight engineer and detectives. You are then asked again to express your opinion using like / dislike on, information technology, law, mathematics, life science, music or nature and agriculture, given that this time your representations are more precise.

Next you’re asked to rate degrees. I really have a hard time understanding why this is relevant? Why do we care at that point what we think about degrees (with a short description), as we don’t even know what we want to do? The only logical explanation is that they want to provide you with specific degree matches (and they do). A relevant explanation for an exercise that is not relevant to a career choice, except for those who choose a degree and not a career, when they shouldn’t.

Examples of degree: Deaf Studies.

That degree (and some others I was asked to rate to be honest) made me wonder why I would be asked to rate such a specific degree that has nothing to do with what I already answered? Where does it come from? Is this asked to everyone? Have I missed something? Will they even provide sufficient information for me to be able to rate it? On what criteria? I’m lost.

Maybe I’m going further that I should here, but is it some marketing? Is this influential to make the individual think of a career path that needs applicants? You know, I’m talking about that kind of publicity that is induced like when the characters on your favorite TV show drink a brand of beer or soda making sure you clearly see it… Anyway, I hope I’m wrong.

Here’s the description of the degree: “A program that focuses on the sociological, historical and linguistic aspects of the deaf and hearing-impaired, and that prepares individuals to work with the deaf and hearing-impaired. Includes instruction in American Sign Language, deaf studies, American deaf culture, structure of American Sign Language, history of the American deaf community, and civil rights of deaf people.”

I may be wrong but I think that there is no clear link between my first answers and what is being asked during that step, given that it is offered to me to rate degrees in robotics, law, food science, physiology, etc.

After that, you’re asked about your previous experiences and then to fill some information about yourself, part of this information is your ethnicity, this is what they claim it is for: “We use demographic data like ethnicity to reduce discrimination and bias in our algorithms, as well as contextualize some of your results in line with peers of your age group, sex, and location. Your answers are transmitted and stored securely, and never shared with third parties.”

Why this should have anything to do with what you want to do as your next job? How does their algorithm compute that data? What does that mean exactly :“contextualize some of your results in line with peers of your age group, sex and location”? It looks to me they want to classify you in some groups, and therefore that may have an impact on the results you’re given. Not totally unbiased or uninfluential if that’s the case.

Next they ask you your actual degrees and where you got them, what is your current career and finally what is the highest level of education achieved by your parents. Is this to corroborate what social studies showed a long time ago that high-achieving parents tend to have high-achieving kids, because of the environment in which they are educated? Is this for their own statistics? Is this related to the point above to also help classify you to some groups? Why should it be relevant to a new career choice.

Next, they ask you if your actual career gives you purpose and fulfillment.

Interesting, but the main question is again: what do they do with it? What impact can it have on the results?

Once you’ve answered those questions they ask you to give your opinion on different statements about your job:

“Being a Coach gives you control over the direction of your work."

"There is a competitive work environment as a(n) Coach."

"Being a Coach requires frequent time pressure to complete tasks.”

As you can see, even if you’re not a coach, your representation of the work and type of tasks that a coach handles on his day-to-day routine should be clear enough to be able to tell if those questions are relevant. It looks like the algorithm just add the name of the job in a pre-written question. Therefore, it’s pretty useless and totally meaningless.

In the next step, you will have to define what would bother you in a job: dealing with customers, unpredictable work schedules, Working more than 40 hours a week…

Is this a fully exhaustive list of all aspects of all jobs? No, therefore, in that format I think this step is influential. Asking you to tell what exactly would bother you in a job, making a list of all the bad aspects of all the jobs you know or can imagine without help wouldn’t be influential. It would be your responsibility to do the exercise as thoroughly as possible, considering this is useful.

There is another hidden problem here. You’re asked to tell what’s important to you. This is based on your beliefs and given the fact that no one tells you / help you to question those beliefs and to rethink them, you’re in trouble because you will mislead yourself. What you think is the result of a combination of so many things. You may think that working more than 40 hours a week is an absolute nightmare, but this is given a certain context. You would certainly think differently if what you were doing had a deep meaning for you, for example.

There are usual beliefs that career professionals know are important to you and rather than explaining why it shouldn’t be a criterion for a choice, they prefer to reinforce them, for lack of understanding the problem or for influential purposes: you tend to like and trust people that tell you that what you think is smart. But, as I said in my latest book, if you go to the DIY store for a tool to handle a problem in the house, you expect the professional to tell you it’s the right one or steer you to the right tool for the job, preventing you from other problems. As an example, try to remove a nail with a screwdriver…

These are the kinds of beliefs I’m talking about: Earning a lot of money. Getting recognized for the work I do. Good working conditions. Having co-workers that are easy to get along with. Job prestige (i.e., career is admired and respected in society). Variety, something different every day.

You will think I am crazy to say that, because I’ve never seen anybody state that but all these are pretty much based on bullshit beliefs and shouldn’t be taken into account without deep questioning to understand exactly and precisely what it is you really mean, want, why and if, it is under your control. I can’t get into the nitty-gritty here, as this is far beyond the subject of this article, so please, read my other articles on influence, and if you’re planning on a career change and you feel I’m crazy, that you want to get deep into these aspects for a full-depth analysis and explanation, and if one of those aspects is one of your criteria, here is a little bit of self-promotion, please check my latest book: “Overcome Influence and Thrive”.

Let’s move on to the next step, you’re asked to define if some statements sound like you. For example “I… Am always prepared”.

What does that even mean? Prepared for what? Anything? The problem with all those questions you will have to answer, like the one above, is that they are out of context; therefore their meaning is missing. This is why some people think their psychic are always right, they add any context necessary so it makes some sense to them. Here, you are also the one creating the context, creating meaning, an image, a story, in order to be able to answer. And because it’s a yes or no exercise and you can’t type and add any context to your answer, this exercise is totally useless and meaningless.

I can’t reveal here all the questions of the test and some questions are a bit strange but I must admit that after all it can probably help get a pretty rounded but incomplete image of your personality. The only problem is, your personality is used to MATCH you with a job. If you read “Career Guidance or The Art of Not Failing” then you understood right away what I meant, for the rest of you here is an example so you understand what I mean as quickly as possible: Do you think you need a specific personality to become a cab driver? Yeah, you don’t. They trick you. They present it in a way that looks like what you are looking for, close enough: to be matched with a job, because this is the only thing they can really provide with a test. When in fact, what you usually want is to know how to pin-point what could be your next adventure, what you would really love to do, maybe what you need to do in order to enjoy life, find what you want to do, figure out your purpose, whatever you think is what you want and know all the reasons you do, whatever your reasons.

The next step is about the skills you want to use in your career: this is something really interesting!

But again, we are faced with a problem: will you be able to tell and describe those skills you want to use or will you have to choose from a list and if so are all skills listed? You guessed it, you’ll have to choose from a list and they are not all there. Here are some examples of the skills: Learning new things / programming / negotiating.

So again we have an influential exercise that lacks in context, details and meaning.

The last step is also interesting I must say, it’s called: Does this sound like you?

There are many statements, a pretty good round up, but many questions seem redundant and we are again in a “matching” principle obviously…
An open text field should be mandatory on such exercises.

So here I am at the end of the Career Explorer test, with the feeling that if I didn't write an article about it, it would be a waste of time and I would miss a good opportunity to prevent many failures.

I'm faced with an overwhelming ton of results, so I'll refer you to the conclusion I placed in the introduction to satisfy the more hurried among you.

At the end, you are left with two options the first one is to pay to have the “full results”, clearly I do not recommend doing so.

So here are the “Members benefits”:

  • Your compatibility with over 1,000 careers and degrees
  • Personality and trait reports
  • Special curated offers
  • Access to coaching, career training, and more

Let me get this straight: you’re looking for your next step in life and they offer you a “compatibility” list of more than 1000 careers and degrees? What will you do with that, how does that help you? This is way more confusing than helping if you ask me. Unbelievable.

Next, a “personality and trait reports”, as we have previously discussed you don’t need one to know what job you want to do next. Useless.

Special curated offers: so they will offer you some more paid services via coaching and online courses. We can ask ourselves why on earth you already spent 1h30m or more on that test if it finally comes down to getting help from a career coach you can find and select yourself based on your own criteria. Commercial add-on is not a benefit.

So now, let’s see after 1h30 of quizzes what you get out of it:

So as I said, I took the test as a professional coach which I am, wanting a career change without any specific idea of what I would like. This state of mind is approximately 90% of career change seekers, they want change but don’t know what they want and they are faced with multiple dilemmas about time, finances, and their own capabilities to name a few. I’m pretty sure this test “as is” will generate more trouble than help.

I’ll leave the reader circle back to the beginning to read again the conclusion that was given in introduction to this review article.

Imprimer E-mail

Test et avis du Career Explorer de Sokanu, ce test d'orientation peut-il vous aider ?

Il m'a fallu une heure pour terminer le test, mais je suis un professionnel. Il vous faudra probablement un peu plus de temps.

Il serait contre-productif de décrire chaque partie ou aspect du test, car cela prendrait évidemment une éternité. J'ai donc décidé, plutôt que de rapporter chaque étape, de me concentrer sur ce qui compte vraiment.

Cet article doit être considérée comme une humble analyse critique.

Si vous voulez avoir un aperçu complet de ce qu'est un test de carrière et de ses limites, je vous encourage à vous arrêter ici et à lire mon livre "L'orientation aujourd'hui ou l'art de ne pas se planter" disponible sur Google play et amazon, dont je fournirai quelques extraits ou concepts ici et là dans cet article.

Je commencerai par ma conclusion, puis laisserai le lecteur explorer mon expérience en profondeur pour approfondir la compréhension et la base de cette conclusion et surtout réfléchir à certaines des questions clés qui ont émergé au fil de la passation. Je fournirai également les captures d'écran de mes résultats.

Avant de vérifier la conclusion, jetons rapidement un coup d'œil à certaines de leurs déclarations concernant le test Career Explorer que vous pouvez trouver sur leur site Web, et lisons entre les lignes. Attention toutes les citations ne sont pas les citations d'origine en Anglais et pour le confort de lecture elles ont été traduites, vous pouvez lire l'article dans sa version anglaise si vous préférez lire les citations dans leur langue d'origine.

"En utilisant l'apprentissage automatique avancé, la psychométrie et les données de satisfaction professionnelle, nous avons réimaginé ce que peut être un test de carrière."

"Nos modèles d'apprentissage automatique s'entraînent sur des millions de points de données, améliorant constamment la fiabilité et la validité des résultats de nos tests de carrière."

"Nous fournissons des correspondances de carrière basées sur vos intérêts, vos objectifs, votre histoire, vos préférences en matière de lieu de travail et votre personnalité."

On ne sait donc pas comment le test est réellement construit à ce moment-là et dans quelle mesure il est validé. Enfin, ils n'incluent pas dans la liste de ce que le test fournit : ce que vous voulez ou ce qui a du sens pour vous.

"Nous modifions continuellement nos algorithmes et mettons à jour nos ensembles de données afin d'offrir une précision de correspondance inégalée dans le secteur.

Étant donné que tout changement peut avoir un impact sur les résultats fournis et qu'il doit être validé par des tests scientifiques empiriques à chaque fois, cela fait peur de savoir qu'"ils" modifient continuellement leur moteur d'intelligence artificielle.

Une autre déclaration importante du site Web Career Explorer au moment où j'ai écrit cet article : "Que vous poursuiviez des études, que vous soyez en début de carrière, que vous pivotiez vers une nouvelle voie ou que vous cherchiez simplement des réponses, nous sommes là pour vous aider à découvrir où vous trouverez le bonheur dans le monde du travail."

Le bonheur au travail, rien de moins. Il ne s'agit même pas d'une déclaration audacieuse, mais d'une déclaration insensée, car même les chercheurs en psychologie ont du mal à le définir et à le mesurer. Je vous laisse vérifier cela par vous-même.

Dans leur section "ce qui nous rend uniques", ils déclarent que le test est basé sur le modèle des Big 5 (je vous encourage à lire la page Wikipedia sur ce sujet et surtout le chapitre "critique" :https://en.wikipedia.org/wiki/Big_Five_personality_traits), et qu'ils le mélangent avec les codes de holland (le RIASEC).

Comment ils font cela, comment cela fonctionne exactement, comment leur test et leur algorithme ont été validés reste un mystère à ce stade. Mais ils prennent deux modèles et concepts différents et controversés, qui même pris séparément ont bien des défauts, qui concernent les types de personnalité au travail et n'ont rien à voir avec un choix de carrière, ils les mélangent d'une manière inconnue, puis une IA non documentée vous sert un résultat sous forme de choix de carrière(s) ou de diplôme(s).

Je ne le dirai jamais assez : la question centrale est de savoir comment ce mélange magique a été validé.

Et enfin, on peut lire : "Les éléments de notre test de carrière ont été développés par une équipe de psychologues I/O ayant des années d'expérience dans le domaine de la psychométrie" et dans la "page à propos" du site web on peut lire : "En 2012, Spencer a fondé Sokanu pour résoudre ce problème. Il s'est associé à des psychologues de carrière titulaires d'un doctorat (PhD career psychologists) pour réinventer le test de carrière standard et a lancé ce qui allait devenir CareerExplorer - une plateforme de carrière de classe mondiale alimentée par la science et la technologie modernes."

Alors, tapez dans votre moteur de recherche préféré "PhD career psychologists" ou cherchez si il existe en France des doctorats en psychologie de carrière, vous verrez que cela n'existe pas. Bien sûr, il existe quelques doctorats en psychologie, mais comme vous venez de le constater, pas dans le domaine de la "carrière" et la façon dont c'est écrit est très trompeuse, influente.

Alors, quel est le type de résultats que vous pouvez attendre ?

Voici ma conclusion sur ce test :

Il y a beaucoup d'étapes vraiment intéressantes, si seulement elles étaient dans un format différent avec un champ de texte ouvert laissant à l'utilisateur la possibilité de s'exprimer. Malheureusement, ce serait impossible à gérer pour un programme informatique et il manquerait probablement encore du contexte et du sens car si vous n'avez personne pour vous dire que ce n'est pas assez clair ou pas assez approfondi, vous vous retrouverez avec beaucoup de types d'approfondissements différents selon les individus.

Par conséquent, cela dépend de la perception que vous avez de vous-même ou de l'image que vous voulez donner de vous.

Ayant fait une psychanalyse pendant plus de 9 ans et étant coach depuis 17 ans, j'ai une compréhension plus profonde de moi-même que la plupart des individus. Je suppose donc que les résultats devraient être plus précis.

Voici les résultats réels de mon test.

Vos découvertes (les caractéristiques qui me rendent unique) : Fondateur (groundbreaker) / écoute des émotions (feeling-minded) / maximisation (maximizing)

 

Groundbreaker Career Explorer test Result

Feeling Minded Career Explorer test Result

Maximizing Career Explorer test Result

Mes carrières:

My Career results Career Explorer test Result

 

Mes diplômes:

My degrees Career Explorer test Result

Ces carrières ne représentent pas un grand changement ! Il s'agit simplement d'activités en tant que carrière à part entière que je mène déjà en tant que coach et psychanalyste à l'heure actuelle. Je ne vais même pas commenter les résultats sur les diplômes proposés.

J'ai du mal à dire qu'ils sont très éloignés de la réalité d'un point de vue de la personnalité, mais les idées de carrière qu'ils fournissent sont celles que je fais déjà. Une grande partie du test porte sur votre carrière actuelle, vos activités et ce que vous aimez dans ce domaine, alors je ne comprends pas vraiment ce qui se passe ici. Il est intéressant de noter que j'aime vraiment le design informatique, la conception Web et la conception UX et que cela n'a pas été mentionné. Pourquoi ?

La situation ne s'améliore pas si vous êtes un étudiant ou si vous choisissez une carrière pour la première fois, car vous avez tellement de résultats que, sans l'aide d'un professionnel, vous pouvez rapidement vous sentir dépassé. C'est probablement la raison pour laquelle ils proposent une formule premium avec des coachs professionnels. Il est vrai qu'ils veulent et doivent gagner de l'argent.

Ce qui se passe, c'est que si vous ne réfléchissez pas à chaque question, si vous n'avez pas quelqu'un qui vous aide a entrevoir certaines vérités sur vous-même pour vous aider à vous concentrer sur ce que vous êtes et sur ce que vous aimez au plus près de la réalité, vos réponses ne sont pas aussi vraies qu'elles le devraient et les résultats seront donc différents de ce qu'ils devraient être, conceptuellement. C'est le principal problème, et il n'est pas spécifique à ce test.

Les représentations et les pensées des gens sont généralement biaisées. Vous voulez répondre à une question d'une certaine manière, d'accord, mais avez-vous une vision claire de vous-même et de ce que vous aimez vraiment ? En général, il faut une véritable auto-réflexion pour y parvenir. Il est également important de tenir compte du fait que certaines personnes ont été fortement influencées dans leur façon de se percevoir, notamment par l'école, les études, les parents, le patron, les collègues de travail, les membres de la famille et les amis proches. Il y a généralement beaucoup de choses à déconstruire dans vos croyances, mais aussi un travail à faire sur votre état d'esprit avant de penser et de fixer un objectif de carrière.

Mon opinion est que les résultats représentent ce que je fais déjà et ne m'aident donc pas beaucoup à envisager un changement de carrière. Ce test ne résout pas les principaux problèmes que présentent tous les tests de carrière, il est influent et les résultats sont biaisés par les représentations de chaque individu qui ne sont pas remises en question, ce qui rend les résultats peu fiables. L'absence de contexte et de sens dans tous les types de réponses que l'on vous demande de donner est ce qui rend un test de carrière inutile. Un test censé fonctionner pour tous et qui pourrait prendre en compte de telles choses avec des réponses ouvertes ne peut tout simplement pas être analysé par un ordinateur qui sera capable de donner un résultat sensé. Vous ne pouvez pas proposer des choix de carrière en masse, point final. Lorsque vous êtes confronté à ne serait-ce que cinq choix de carrière, que faites-vous ? De préférence, vous demandez l'aide d'un professionnel, c'est pourquoi ils ont une formule premium. Donc au final, comme d'habitude, tout ceci est fait pour vous alpaguer et vous vendre des services supplémentaires car vous penserez que leur test est bien fait, que les résultats sont intéressants et surtout, après avoir passé 1 heure à répondre aux questions, vous serez le sujet d'une manipulation marketing bien connue. Je vous encourage à lire M. Cialdini et d'autres, sur les différentes techniques de manipulation marketing.

Pour l'instant, je vous conseille de trouver une autre option. Une qui s'appuie de préférence sur votre propre réflexion et qui ne vous influencera pas, bien sûr.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------

Maintenant, le résumé de mon expérience avec le test, étape par étape.

Nous allons commencer par la première étape car c'est là que nous rencontrons le premier problème.

Le test vous demande quelles activités vous aimeriez faire.

Génial ! Mais ce format est problématique à deux égards : premièrement, l'algorithme ne peut pas gérer et traiter facilement les entrées de texte utilisateur de type phrase de réponse personnalisée ; deuxièmement, je sais que la majorité de mes clients ont du mal à répondre rapidement et sans aucun doute à ce qu'ils aiment vraiment faire. En général, les individus ont besoin de conseils pour cette étape. L'autre aspect est que, même si vous et le système parveniez à surmonter ces problèmes, aucune intelligence artificielle ne sera jamais capable de savoir ce qui a du sens pour vous dans ces activités ou quelle est la plus importante, sans beaucoup plus d'informations.

Et puis, est-ce qu'il liste toutes les activités du monde ? NON. Bien sûr qu'il ne le peut pas. Par conséquent, il vous oriente (influence) dans une certaine direction et ne vous fait pas vraiment réfléchir à ce que vous aimez. Ils ne peuvent pas faire autre chose s'ils veulent vous donner un résultat qu'ils peuvent compiler à la fin. Ces activités sont en fait le reflet d'une voie claire mais générale, un secteur. Le processus ici n'a pas beaucoup changé par rapport aux autres tests d'orientation, il ne s'agit pas tant de s'intéresser réellement aux activités mais plutôt de trouver une voie.

Jetons un coup d'œil à quelques exemples : Trouver des ressources de soutien pour les familles dans le besoin / réparer des équipements agricoles / faire des recherches sur le fonctionnement des gènes.

On vous demande de choisir entre : Déteste / n'aime pas / neutre / aime / adore.

Comment cette réponse permet-elle de définir à quel point vous l'aimez vraiment et pourquoi ?

C'est comme les critiques sur les livres. Un 3 étoiles pour l'un sera un 5 étoiles pour un autre, tout dépend de vos représentations, normes et expériences. Un " n'aime pas " pour quelqu'un sera un " neutre " pour quelqu'un d'autre ayant exactement la même représentation sur l'activité. Il y a là un profond manque de sens.

La deuxième étape vous demande d'évaluer les carrières, c'est ce qu'on appelle l'archétype de votre personnalité.

Elle ne tient pas compte des premières réponses données et de la façon dont vous avez répondu sur les activités que vous avez aimées lors de la première étape. On vous donne le nom d'un métier comme "biologiste marin" avec une courte explication de ce dont il s'agit.

Je parie qu'ils font cela parce qu'ils supposent que vous avez pensé que vous aimiez ou n'aimiez pas quelque chose lors de la première étape, mais que vous l'avez fait sans savoir exactement de quoi il s'agissait, et sans contexte. Ils vérifient donc à nouveau vos réponses en vous donnant plus de détails et vous demandent d'évaluer à nouveau la chose en lui attribuant des étoiles de 1 à 5. Dans ce cas, j'ai vu un lien direct entre les étapes 1 et 2.

En gros, vous faites la même chose qu'à l'étape 1, mais cette fois avec plus de détails. C'est plutôt intelligent mais cela prend du temps car nous avons tous des représentations erronées des activités et des emplois. Ils vous proposent des titres de postes aussi divers que promeneur de chiens, ingénieur de vol et détectives. On vous demande ensuite d'exprimer votre opinion en utilisant les termes "j'aime" et "je n'aime pas" sur les thèmes suivants : technologies de l'information, droit, mathématiques, sciences de la vie, musique ou nature et agriculture, étant donné que, cette fois, vos représentations sont plus précises.

Ensuite, on vous demande d'évaluer les diplômes. J'ai vraiment du mal à comprendre en quoi cela est pertinent ? Pourquoi se soucier à ce stade de ce que l'on pense des diplômes (avec une courte description), alors que l'on ne sait même pas ce que l'on veut faire ? La seule explication logique est qu'ils veulent vous proposer des correspondances de diplômes spécifiques (et ils le veulent). Une explication pertinente pour un exercice qui n'a rien de pertinent pour un choix de carrière, sauf pour ceux qui choisissent un diplôme et non une carrière, alors qu'ils ne devraient pas le faire.

Exemples de diplômes : Études des sourds. ("Deaf studies")

Ce diplôme (et d'autres qu'on m'a demandé d'évaluer pour être honnête) m'a fait me demander pourquoi on me demanderait d'évaluer un diplôme aussi spécifique qui n'a rien à voir avec ce que j'ai déjà répondu ? D'où cela vient-il ? Est-ce que cette question est posée à tout le monde ? Ai-je manqué quelque chose ? Fourniront-ils même suffisamment d'informations pour que je puisse l'évaluer ? Sur quels critères ? Je suis perdu.

Peut-être que je vais plus loin que je ne le devrais ici, mais s'agit-il de marketing ? S'agit-il d'une influence pour que l'individu pense à un parcours professionnel qui a besoin de candidats ? Vous savez, je parle de ce genre de publicité induite comme lorsque les personnages de votre émission de télévision préférée boivent une marque de bière ou de soda en s'assurant que vous le voyez bien... Bref, j'espère me tromper.

Voici la description du diplôme : "Un programme qui se concentre sur les aspects sociologiques, historiques et linguistiques des sourds et des malentendants, et qui prépare les individus à travailler avec les sourds et les malentendants. Comprend l'enseignement de la langue des signes américaine, des études sur les sourds, de la culture des sourds américains, de la structure de la langue des signes américaine, de l'histoire de la communauté des sourds américains et des droits civils des sourds."

Je peux me tromper mais je pense qu'il n'y a pas de lien clair entre mes premières réponses et ce qui est demandé lors de cette étape, étant donné qu'on me propose d'évaluer des diplômes en robotique, en droit, en sciences alimentaires, en physiologie, etc.

Après cela, on vous demande de parler de vos expériences précédentes, puis de remplir quelques informations sur vous-même, une de ces informations est votre ethnicité, c'est à cela qu'ils prétendent que cela va servir : "Nous utilisons des données démographiques comme l'ethnicité pour réduire la discrimination et les préjugés dans nos algorithmes, ainsi que pour contextualiser certains de vos résultats en fonction des pairs de votre groupe d'âge, de votre sexe et de votre localisation. Vos réponses sont transmises et stockées en toute sécurité, et ne sont jamais partagées avec des tiers."

Pourquoi cela devrait-il avoir un rapport avec ce que vous voulez faire comme prochain emploi ? Comment leur algorithme calcule-t-il ces données ? Qu'est-ce que cela signifie exactement : "contextualiser certains de vos résultats en fonction des pairs de votre groupe d'âge, de votre sexe et de votre localisation" ? Il me semble qu'ils veulent vous classer dans certains groupes, ce qui peut avoir un impact sur les résultats qui vous sont donnés. Ce n'est pas totalement impartial ou sans influence si c'est le cas.

Ensuite, on vous demande quels sont vos diplômes et où vous les avez obtenus, quelle est votre carrière actuelle et, enfin, quel est le niveau d'études le plus élevé atteint par vos parents. Est-ce pour corroborer ce que les études sociales ont montré il y a longtemps, à savoir que les parents ayant un certain niveau académique ont tendance à avoir des enfants qui auront un haut niveau académique, en raison de l'environnement dans lequel ils sont éduqués ? Est-ce pour leurs propres statistiques ? Est-ce que cela est lié au point ci-dessus pour aider à vous classer dans certains groupes ? Pourquoi cela devrait-il être pertinent pour un nouveau choix de carrière ?

Ensuite, on vous demande si votre carrière actuelle vous apporte un but et un épanouissement.

Intéressant, mais la question principale est à nouveau : qu'en font-ils ? Quel impact cela peut-il avoir sur les résultats ?

Une fois que vous avez répondu à ces questions, ils vous demandent de donner votre avis sur différentes affirmations concernant votre travail :

"Être coach vous permet de contrôler l'orientation de votre travail."

"L'environnement de travail d'un coach est compétitif."

"Être un(e) coach exige une pression temporelle fréquente pour accomplir les tâches."

Comme vous pouvez le voir, même si vous n'êtes pas un coach, votre représentation du travail et du type de tâches qu'un coach traite au quotidien devrait être suffisamment claire pour pouvoir dire si ces questions sont pertinentes. Il semble que l'algorithme se contente d'ajouter le nom du travail dans une question pré-écrite. Par conséquent, c'est plutôt inutile et totalement dénué de sens.

Dans l'étape suivante, vous devrez définir ce qui vous dérangerait dans un emploi : avoir affaire à des clients, des horaires de travail imprévisibles, travailler plus de 40 heures par semaine...

S'agit-il d'une liste exhaustive de tous les aspects de tous les emplois ? Non, donc, dans ce format, je pense que cette étape est influente. Vous demander de dire ce qui vous dérangerait exactement dans un emploi, faire une liste de tous les mauvais aspects de tous les emplois que vous connaissez ou que vous pouvez imaginer sans aide ne serait pas influent. Il vous incomberait de faire l'exercice de manière aussi approfondie que possible, en considérant que cela est utile.

Il y a un autre problème caché ici. On vous demande de dire ce qui est important pour vous. Ceci est basé sur vos croyances et étant donné que personne ne vous dit / ne vous aide à remettre en question ces croyances et à les repenser, vous êtes en difficulté car vous vous tromperez vous-même. Ce que vous pensez est le résultat d'une combinaison de tant de choses. Vous pouvez penser que travailler plus de 40 heures par semaine est un cauchemar absolu, mais cela s'inscrit dans un certain contexte. Vous penseriez certainement différemment si ce que vous faites avait un sens profond pour vous, par exemple.

Il y a des croyances habituelles dont les professionnels de la carrière savent qu'elles sont importantes pour vous et, plutôt que d'expliquer pourquoi elles ne devraient pas être un critère de choix, ils préfèrent les renforcer, par manque de compréhension du problème ou à des fins d'influence : vous avez tendance à aimer et à faire confiance aux personnes qui vous disent que ce que vous pensez est intelligent. Mais, comme je l'ai dit dans mon dernier livre, si vous allez dans un magasin de bricolage chercher un outil pour régler un problème dans la maison, vous attendez du professionnel qu'il vous dise que c'est le bon ou qu'il vous oriente vers le bon outil pour ce travail, vous évitant ainsi d'autres problèmes. Par exemple, essayez d'enlever un clou avec un tournevis...

C'est le genre de croyances dont je parle : Gagner beaucoup d'argent. Être reconnu pour le travail que je fais. De bonnes conditions de travail. Avoir des collègues avec lesquels il est facile de s'entendre. Le prestige du travail (c'est-à-dire que la carrière est admirée et respectée dans la société). La variété, quelque chose de différent chaque jour.

Vous allez penser que je suis fou de dire cela, parce que je n'ai jamais vu personne affirmer cela, mais tout cela est plutôt basé sur des croyances stupides et ne devrait pas être pris en compte sans un questionnement profond pour comprendre exactement et précisément ce que vous voulez vraiment, pourquoi et si, c'est sous votre contrôle. Je ne peux pas entrer dans le détail ici, car cela dépasse largement le sujet de cet article, alors s'il vous plaît, lisez mes autres articles sur l'influence, et si vous envisagez un changement de carrière et que vous pensez que je suis fou d'affirmer de telles choses, que vous voulez approfondir ces aspects pour une analyse et une explication complète, et si l'un de ces aspects est l'un de vos critères, voici un petit peu d'auto-promotion en vous invitant à consulter mon dernier livre : "Surmonter l'influence et changer".

Passons à l'étape suivante, on vous demande de définir si certaines affirmations vous ressemblent. Par exemple, "Je... suis toujours prêt".

Qu'est-ce que cela signifie ? Préparé à quoi ? Pour n'importe quoi ? Le problème avec toutes ces questions auxquelles vous devrez répondre, comme celle ci-dessus, c'est qu'elles sont hors contexte ; leur sens est donc absent. C'est pourquoi certaines personnes pensent que leur voyant a toujours raison, ils ajoutent tout contexte nécessaire pour que cela ait un sens pour eux. Ici, c'est aussi vous qui créez le contexte, qui créez un sens, une image, une histoire, afin de pouvoir répondre. Et comme il s'agit d'un exercice par oui ou par non et que vous ne pouvez pas taper et ajouter un contexte à votre réponse, cet exercice est totalement inutile et dénué de sens.

Je ne peux pas révéler ici toutes les questions du test et certaines questions sont un peu étranges mais je dois admettre qu'après tout, il peut probablement aider à obtenir une image assez fidèle bien qu'incomplète de votre personnalité. Le seul problème est que votre personnalité est utilisée pour vous faire correspondre à un emploi. Si vous avez lu "L'orientation aujourd'hui ou l'art de ne pas se planter" alors vous avez tout de suite compris ce que je voulais dire, pour les autres voici un exemple pour que vous compreniez ce que je veux dire le plus rapidement possible : Pensez-vous qu'il faut une personnalité spécifique pour devenir chauffeur de taxi ? Bien sûr que non. Ils vous trompent. Ils le formulent d'une manière qui ressemble à ce que vous recherchez, suffisamment proche : comme "trouver un emploi qui vous correspond", car c'est la seule chose qu'ils peuvent vraiment fournir avec un test. Alors qu'en fait, ce que vous voulez généralement, c'est savoir comment mettre le doigt sur ce qui pourrait être votre prochaine aventure, ce que vous aimeriez vraiment faire, peut-être ce que vous devez faire pour profiter de la vie, trouver ce que vous voulez faire, trouver votre but, tout ce que vous pensez être ce que vous voulez et connaître toutes les raisons pour lesquelles vous le faites, quelles qu'elles soient.

L'étape suivante concerne les compétences que vous voulez utiliser dans votre carrière : c'est quelque chose de vraiment intéressant !

Mais là encore, nous sommes confrontés à un problème : serez-vous en mesure de dire et de décrire les compétences que vous voulez utiliser ou devrez-vous choisir dans une liste et, dans ce cas, toutes les compétences sont-elles listées ? Vous l'avez deviné, vous devrez choisir dans une liste et elles ne sont pas toutes là. Voici quelques exemples de compétences : Apprendre de nouvelles choses / programmer / négocier.

Donc encore une fois, nous avons un exercice qui vous influence et qui manque de contexte, de détails et de sens.

La dernière étape est également intéressante je dois dire, elle s'appelle : Est-ce que cela vous ressemble ?

Il y a beaucoup d'affirmations, un assez bon tour d'horizon, mais beaucoup de questions semblent redondantes et nous sommes à nouveau dans un principe de "matching" évidemment...
Un champ de texte ouvert devrait être obligatoire sur ce genre d'exercice.

Me voilà donc à la fin du test de Career Explorer, avec le sentiment que si je n'écrivais pas un article à ce sujet, ce serait une perte de temps et je manquerai une bonne occasion de prévenir beaucoup d'échecs.

Je suis confronté à une tonne de résultats, je vous renvoie à la conclusion que j'ai placé en introduction pour contenter les plus pressés d'entre vous.

À la fin, deux options s'offrent à vous : la première est de payer pour avoir les "résultats complets", ce que je ne vous recommande pas de faire.

Voici donc les "avantages pour les membres" :

    Votre compatibilité avec plus de 1 000 carrières et diplômes
    Rapports sur la personnalité et les traits de caractère
    Des offres spéciales
    Accès au coaching, à la formation professionnelle, etc.

Soyons clairs : vous êtes à la recherche de votre prochaine étape dans la vie et ils vous offrent une liste de "compatibilité" avec plus de 1000 carrières et diplômes ? Que ferez-vous avec cela, en quoi cela vous aide-t-il ? C'est beaucoup plus déroutant qu'utile si vous voulez mon avis. Incroyable.

Ensuite, un "rapport sur la personnalité et les traits de caractère", comme nous l'avons déjà dit, vous n'en avez pas besoin pour savoir quel travail vous voulez faire ensuite. Inutile.

Des offres spéciales : pour qu'ils vous offrent des services payants supplémentaires via le coaching et les cours en ligne. Nous pouvons nous demander pourquoi diable vous avez déjà passé 1h30m ou plus sur ce test si finalement il s'agit d'obtenir l'aide d'un coach de carrière que vous pouvez trouver et sélectionner vous-même sur la base de vos propres critères. Un complément commercial n'est pas un avantage.

Alors maintenant, voyons après 1h30 de quiz ce que vous en retirez :

Donc comme je l'ai dit, j'ai fait le test en tant que coach professionnel que je suis, souhaitant un changement de carrière sans idée précise de ce que je voudrais. Cet état d'esprit correspond à environ 90 % des personnes qui cherchent à changer de carrière, elles veulent du changement mais ne savent pas ce qu'elles veulent et sont confrontées à de multiples dilemmes concernant le temps, les finances et leurs propres capacités, pour n'en citer que quelques-uns. Je suis presque sûr que ce test "tel quel" va générer plus de problèmes que d'aide.

Je propose au lecteur de revenir au début pour relire la conclusion qui a été donnée dans l'introduction de cet article.

 

Imprimer E-mail

La définition de l'influence sur l'individu

Voici ma définition de l'influence sur l'individu:

Toute modification consciente ou inconsciente, de la perception, de la pensée, du système de croyances, de la communication, des émotions et des actions d'un individu par la communication verbale ou non verbale, le produit ou l'action d'un autre individu ou groupe, intentionnelle ou non.

(J'ai délibérément choisis, afin d'en améliorer la perception, de la formuler précisément en lieux et place de termes génériques du type "processus" ou "interaction".)

Elle est inévitable.

Elle est en partie surmontable dès lors que l'individu atteint une certaine autonomie de pensée et qu'il en connaît l'existence.

La qualité a priori et les effets d'une influence sont impossibles à évaluer et démontrer.

La somme des expériences qu'est notre vie nous influencent et nous construisent psychiquement.

 

Merci de ne pas plagier cette définition et de citer la source si vous souhaitez en faire l'usage.

Imprimer E-mail

Un exemple de plagiat avec copié collé pur et simple (capture d'écrans)

Qu'est ce que le plagiat?

En voici un exemple concret et véritable prouvé par des copies d'écran!

la définition du plagiat selon l’article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle:
« Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur […] est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Bref, il s'agit d'utiliser le mots et les idées des autres, sans les citer et en ne spécifiant pas qu'il ne sont pas vôtre. Par exemple dans ce cas, je cite d'où provient cette définition.

Attention : la réécriture d'un texte en utilisant des synonymes est également considéré comme du plagiat. Tout comme le fait de réutiliser, un raisonnement, une explication ou une argumentation.

Vous trouvez généralement sur mon site, sur la barre latérale droite le long de mes textes et articles, un petit logo attirant votre attention sur quelque chose qui me parait très important, pour les artistes, les penseurs et tous les créateurs de contenus, concernant le plagiat.

C'est un fléau qui s'applique aussi pour les sites de qualité qui voient leur contenu considéré par les moteurs de recherches comme des duplications.

J'ai trouvé une citation sur le site mediapart qui me semble fort intéressante de geneviève Koubi, professeure et auteur de livres sur le plagiat comme il la présente sur cette question:

"Le plagiat consiste en une usurpation du rôle de chercheur, il révèle une imposture. Il n’est pas falsification, il est confiscation de la substance de l’idée créatrice à celui qui l’a délivrée ; il n’est pas déformation, il est captation de la pensée novatrice de celui qui l’a avancée. Se saisissant de l’avant-texte, il s’accapare de l’originalité de la réflexion, de l’inventivité du raisonnement d’un autre. Il fait croire à une indépendance d’esprit que le plagiaire ne peut, en définitive, honorer tant la source d’inspiration n’est pas mise en évidence. A mon avis, ce sont ces segments qui devraient désormais être problématisés."

Voici la copie d'écran du texte présent depuis 2009 sur le site de l'AFCSE (Association Française du Coaching Scolaire et Etudiant) dont je suis le président et pour lequel j'ai participé à l'écriture des textes.

 

 

 

Voici à présent le texte qui était présent à la date de la copie d'écran, en 2021 sur le site d'un professionnel du coaching, je vous laisse seul juge des conclusions à en tirer.

 

Imprimer E-mail

5 étapes simples pour se protéger de l’influence

Qu'est-ce que l’influence ?

Vaste sujet dont la toile d’araignée qui peut la représenter est terriblement fine, souvent imperceptible et complexe à correctement identifier et cartographier pour la définir, mais aussi l’expliquer et tenter de la déjouer.

Cet article n’a pas vocation à détailler l’influence dans ses moindres aspects et effets, cela serait bien trop long et fastidieux. Il a deux fonctions principales :

  • la première est de vous donner la liste de ce que vous pouvez faire pour en limiter les effets,
  • la deuxième est de vous expliquer comment y arriver concrètement en vous fournissant quelques explications ainsi que des exemples.

Voilà donc pour les plus pressés ou ceux qui ont besoin d’une structure préalable à un exposé, les 5 étapes clés pour vous aider à vous protéger globalement de l’influence. C’est un processus général qui ne peut forcément pas correspondre à tous les types d’influences, mais qui cherche à combattre les croyances, les normes et l’acquisition de nouvelles connaissances, notamment.


5 étapes en 2 parties, adaptables selon le sujet :

I) Questionner l’expertise de la source

  1. Qui s’exprime ? Quels sont sa formation et son parcours ?
  2. Quel élément permet de déterminer s’il sait véritablement de quoi il parle ?

 

II) Remettre en question le discours

  1. Cite-t-il ses sources ou l’origine de ses dires ou raisonnements ?
  2. Vous devez décortiquer et analyser le discours et le niveau de justification et de précision des propos.
  3. Vous devez vérifier la justification éventuelle de ce qu’il dit, même s’il se base sur une étude scientifique, vous devez vérifier le sérieux de l’étude et de ses auteurs, mais aussi que l’auteur n’a pas mal compris les conclusions des scientifiques et ceci afin de vérifier que son analyse n’est pas faussée.

Trois autres éléments importants pour d'autres types d'influences; il faut savoir dire NON, il faut être capable de ne pas se laisser contraindre à faire ce que l'on ne veut pas faire, même d'un proche, et pour finir, il faut avoir la lucidité qui permette de savoir faire la différence entre ce qui relève de l'argumentation honnête et objective pour convaincre et ce qui relève de la manipulation.


Important : Toute pensée ou idée ne peut pas forcément être prouvée scientifiquement et l’on peut adhérer à une idée ou concept parce qu’elle fait sens ou qu'il est bien argumenté, ce qui ne la rend pas vrai ou fausse.

Nous allons approfondir tous ces points.

Voici à présent le mode d’emploi pour surmonter l’influence.

L’enjeu est véritablement la liberté, la liberté de la pensée.

C’est cette liberté de penser qui vous permettra de faire des choix qui sont véritablement les vôtres. Qui aujourd’hui peut se vanter et prouver qu’il y arrive toujours ?

Ceci est d’autant plus vrai à l’ère des réseaux sociaux, de la propagande, du marketing, de la désinformation, des journalistes free-lance seulement motivés par le nombre de clics que générera le titre de leur article (putaclic).

Beaucoup d'articles sites Internet traitent de l’influence et de la manipulation sous l’angle de la confiance en soi, c’est parfaitement ridicule et réducteur.

Pour générer des clics et donc de l’argent, quel que soit le sujet, beaucoup de bloggeurs sont prêts à vous raconter n’importe quoi du moment que leur texte comporte les bons mots clés et fait un certain nombre de mots déterminés pour plaire à Google et augmenter leur présence sur la toile.

Mais la qualité baisse, car elle n'est plus vraiment essentielle pour faire parler de soi. D'après SEMRUSH, "selon des études, 59% des contenus partagés sur les réseaux sociaux n'ont pas été consultés. Cela veut dire que, souvent, un titre accrocheur suffit pour développer la visibilité de votre article". Cela fait référence à une expérience du site satirique The Science Post, qui a publié un article en lorem ipsum, donc sans aucun contenu a part le titre, article qui aurait été partagé 50000 fois ainsi qu'a un article paru dans le Chicago Tribune qui mentionne également une recherche scientifique née d'une collaboration entre "Columbia University and the French National Institute" que je n'ai pu trouver. Si vous vous intéressez au sujet vous trouverez beaucoup d'études qui dans leur logique rejoignent ce qui est dit ici, temps passé sur les réseaux, temps maximal d'attention par stimuli et bien d'autres thèmes intéressant sur les nouvelles habitudes numériques des populations.

J'espère seulement que les auteurs se sont intéressés à savoir si le fait pour un individu d'avoir rencontré trop de fausses news et trop d'articles bidons ou peu intéressants / pertinents par rapport à leur recherche avaient causés ces comportements ou pas?

C’est pourquoi il est de plus en plus difficile d’accéder à une information fiable et pertinente au premier coup sur Internet. La bonne information est engluée au milieu de centaines de mauvaises, ou fausses, d’articles qui ne sont que des copiés collées, d’agencements, de réécritures d’articles, et chacun post sa propre mouture sur un sujet.

Parfois, et j’en publierais un exemple dans peu de temps, nous pouvons constater un plagiat pur et simple, des copiés collés de paragraphes, chapitres voire articles complets.

Et ne reliez pas cela au phénomène des fausses news, car celui-ci s’additionne plutôt au phénomène « bloggeur ».

Le travail visant à recouper les sources n’en est alors que plus difficile. Et c’est bien là que le premier point visant à s’interroger sur la qualité et la légitimité de la source représente la clé de voute du système à mettre en place pour contrer l’influence.

Selon moi, l’influence ne naît pas forcément lors du processus d'acquisitions de nouvelles croyances ou connaissance d’un manque de confiance en soi ou d’affirmation de soi, mais plutôt d’un manque d’esprit critique et d’ignorance. Je m’explique, ce manque de confiance peut dans une certaine mesure influer sur votre volonté d’approfondissement, sur votre volonté de questionner ce qui vous est dit. Par exemple, se dire que l’on est trop bête pour comprendre est probablement le meilleur moyen de le rester.

Qui peut se targuer aujourd'hui d’être savant dans tous les domaines ? Par conséquent, l’ignorant qui pense être trop bête pour comprendre certains sujets pourra croire le premier venu et se faire influencer, s’il en reste là et l’intègrer comme savoir.

Il est ici nécessaire de ne pas faire l’amalgame entre croyance et savoir.

Voici une définition rapide de la croyance selon le Larousse : « Fait de croire à l’existence de quelqu’un ou de quelque chose ».

Voici à présent une définition du savoir : « Être au courant de quelque chose, le tenir ou le donner comme vrai, réel ».

La croyance n’a rien de vrai, c’est le fait de croire en quelque chose, qui peut n’avoir aucun lien avec la réalité, ou ne pas pouvoir être démontré.

Le savoir est une connaissance fondée sur la réalité, souvent démontrée par la science, comme une réaction chimique par exemple. Idéalement, on tend à considérer qu’elle est indiscutable, même si bien sûr, bien des connaissances scientifiques sont remises en question par de nouvelles découvertes. Par conséquent, l’état du savoir n’est vrai que jusqu’à preuve du contraire, dans certains domaines et sur certains sujets.

Et oui, le concept de réalité peut être lié aux représentations de chacun, mais ne complexifions pas trop.

C’est pourquoi cela se règle in fine par le questionnement et la vérification, passerelles qui mènent à la connaissance. Une action plus facile à réaliser dans le présent et dans le futur que pour une action passée. Imaginez l’ampleur du travail pour décortiquer tout ce qui vous a influencé depuis votre naissance pour être ce qui constitue aujourd’hui votre système de croyances et savoirs ? Nous sommes donc bien plus dans une action réaliste intégrant une dynamique d’analyse des acquis dans le présent et le futur prioritairement, même si dans une démarche de reconversion, il faut venir questionner certaines idées reçues et certaines croyances limitantes.

Ce n’est pas seulement sous la forme des conseils, des histoires ou des articles dont l’information est acceptée trop rapidement en tant que fait, ou vérité, que celle-ci s’immisce dans nos têtes. Elle s’y est ancrée également par l’éducation, les organisations, règles, normes et processus divers qui gouvernent les aspects de nos vies et que nous ne pouvons pas forcément combattre : le système de notation des apprentissages et la compétition qui en résulte allant jusqu’au prix nobel en sont un exemple frappant. Une autre image frappante très insidieuse est l’influence d’un pervers narcissique qui dès le début de la relation influence sa victime qui généralement n’en a absolument pas conscience et va se retrouver à accepter des comportements, des remarques ou faire des choses qu’elle pensera inconcevable quand elle finira par y réfléchir plus tard.

Et le problème n’est pas si simple, surtout si l’on considère, à juste titre, puisque l’on y arrive tout naturellement, qu’il y a bonne et mauvaise influence. j'ai un article en préparation sur cette question.

D’un point de vue social par exemple, la pensée commune pourrait considérer qu’une « bonne » influence serait celle d’un ami qui va tirer un enfant vers le civisme ou la connaissance, plutôt que vers la délinquance ou l’ignorance.

Évidemment, cela va dépendre des valeurs de chacun, mais il n’y a aucune échelle de notation ou de valeur de l’influence ni aucun outil permettant d’évaluer ou quantifier la nature de son impact.

Par conséquent, l’influence est un phénomène très pernicieux, qu’il est impossible de totalement identifier et contrôler, dans sa forme et ses effets et qui peut également dépendre des conceptions de chacun.

Du coup, la recette à appliquer sera simple en apparence, mais compte tenu de la complexité du phénomène, elle sera coûteuse en ressources cérébrales et temporelles.

Vous souhaitiez avant tout une méthode pour vous en défaire et non un approfondissement du phénomène et de ses effets. Je m’arrêterai donc là et consacrerai un article beaucoup plus long sur cette question ultérieurement qui reprendra une partie des éléments présentés. Vous pourrez le retrouver sur le blog.

Voici les deux grands principes pour se protéger de l’influence, que je vous propose de mettre en œuvre, et ceci, quel que soit sa forme ou son domaine d’action :

Le premier principe est donc de s’interroger sur l’expertise de la source.

D’abord, ce n’est pas parce qu’un individu se dit expert ou se présente en tant qu’expert qu’il l’est, par contre il cherche certainement à vous le faire croire et donc à vous influencer. Je lisais récemment une interview d’un scientifique de renom qui m’a frappé, et comme il le disait si bien, les vrais experts ne se présentent pas en tant qu’experts.

L’expertise relève dans mon référentiel de l’expérience.

La terminologie de spécialiste est différente selon moi, car je trouve qu’elle précise que vous êtes « spécialisé » sur un thème particulier. Je le prends au sens de spécialisation dans un domaine.

Les mots ont leur importance, même s’il peut simplement être question de l’amalgame d’un individu et non d’un manque d’humilité.

Le larousse considère qu’un expert est quelqu’un qui connaît très bien quelque chose par la pratique et qu’un spécialiste est une personne qui a des connaissances approfondies dans un domaine et donne une deuxième définition via un exemple : Médecin qui se consacre de manière exclusive à une discipline médicale, qui exerce une spécialité.

Spécialiste ou expert, il faut aussi être vigilant. Un médecin nutritionniste peut écrire un ouvrage sur un nouveau régime, régime qui sera décrié par d’autres médecins et nutritionnistes en suivant avec une argumentation pertinente, qui seront probablement eux aussi des spécialistes.

La parole d’un spécialiste n’offre pas de garantie de vérité a priori.

Dans un tel contexte, définir à qui faire confiance n’est pas une entreprise facile et demande beaucoup de temps de recherche pour savoir vraiment de quoi il retourne et encore cela ne garantit pas forcément que ce que vous choisirez de penser est vrai ou sera ce qui s’approche le plus de la réalité.

Alors, comment s’y prendre pour questionner l’expertise de la source ?

Il vous suffit de procéder par étape. Imaginons que le sujet relève du développement personnel et qu’il s’agisse d’un livre sur le « lâcher prise ».

Un spécialiste du Yoga pourrait être tenté, quelle qu’en soit la raison, d’écrire un ouvrage sur le sujet, considérant qu’ouvrir ses sept chakras est la meilleure solution pour « lâcher prise ».

Un psychologue spécialiste des questions des exigences irrationnelles et de l’anxiété, comme Albert Ellis, l’un des pères des thérapies comportementales et cognitives (TCC), traite également de cette question du « lâcher prise ».

Didier Pleux, auteur et docteur en psychologie du développement traite du « lâcher prise », dans son ouvrage « Exprimer sa colère sans perdre le contrôle ».

Nous sommes en présence de plusieurs angles d’approche de cette question qui selon les sensibilités, connaissances préalables ou croyances de chacun peuvent avoir un écho particulier et tout autant d’intérêt !

De ces trois ouvrages, quelle serait la source à privilégier selon vous ?

Quel est le livre dans lequel vous êtes le plus susceptible de trouver une information fiable ? Fiable au sens de crédible, qui ne soit pas basé sur des croyances invérifiables, mais basé sur l’expérience professionnelle et idéalement validé scientifiquement.

Ce n’est pas si évident que cela. Surtout si on part du principe que la méthode des chakras peut permettre à certains de lâcher prise, sur le long terme, même si elle ne peut être scientifiquement prouvée. C'est là que nous sommes confrontés, dans ce raisonnement, à la question du résultat lié à l'appréciation de l'influence mais à ce stade nous ne pouvons évaluer aucun résultat puisque nous sommes en train de choisir à qui faire confiance, alors passons à autre chose, j'approfondis la question du résultat dans l'article traitant de l'idée reçue sur la bonne et la mauvaise influence

Je ne sais pas répondre à cette question, mais en ce qui me concerne, étant ignorant sur la question des chakras et considérant a priori tout cela comme de l’autosuggestion, de la manipulation mentale et comme un phénomène invérifiable, je serais tenté de préférer les autres approches surtout compte tenu de mon profil. Mais si l’on se borne à considérer les résultats effectifs et que l’on imagine que le Yoga serait capable d’être aussi efficace sur le long terme que les deux autres approches pour l’individu qui choisirait cette méthode, alors c’est une autre histoire. C’est assez réducteur, mais finalement ne serait-ce pas seulement le résultat qui compte dans ce contexte même si cela est basé sur une croyance sans fondements, si l’on admet qu’il n’y a pas de réels mauvais côtés pour l’individu. Nous pouvons ici faire le parallèle avec l’effet placebo.

Les deux autres approches des psychologues nous offrent des théories basées sur leur observation clinique et leur réflexion sur ces questions, ils offrent une argumentation et un raisonnement qui fait sens, mais il ne s’agit pas d’une expérimentation scientifique supportant indubitablement leur théorie.

C’est un peu comme si nous cherchions à démontrer par l’expérimentation la théorie freudienne du complexe d’œdipe ! Bon courage, surtout que peu d’analystes devraient pouvoir se targuer de l’avoir déjà clairement identifiée en thérapie. Mais c’est un autre débat.

Quoi qu’il en soit finalement, nous sommes ici face à trois théories, quels qu’en soient leurs fondements.

Dans un tel cas de figure, il serait sûrement judicieux de toutes les étudier et les mettre en pratique, les unes après les autres. Ce qui pourrait vous permettre, en fonction de votre protocole de test de déterminer celle qui vous a réellement aidé, s’il n’y en a qu’une.

Prenons un autre exemple qui pourrait vous arriver après avoir creusé un peu, sur un sujet que je maîtrise mieux : le changement de carrière. Nous allons également pouvoir approfondir un peu plus.

D’un côté, on prend le livre sur le changement de carrière d’un auteur et conférencier américain, Richard N bolles « What color is your parachute », malgré que son travail soit basé sur le Riasec et que ce soit une hérésie de l’adapter à l’orientation. Vous trouverez le détail et l’explication dans mon ouvrage « Surmonter l’influence et changer »).

De l’autre, une autrice anglaise multidisciplinaire comme Joanna Penn, avec son livre « Career Change ».

C’est lorsque l’on s’intéresse à l’expertise de la source, que l’on vérifie sa formation, sa carrière et que l’on tente d’évaluer la légitimité a priori, de ses idées, que l’on peut mieux identifier quel livre choisir.

Richard N bolles, a vendu 10 000 000 de copies de son ouvrage dans le monde, déclare t’il. Si vous approfondissez la formation et l’expérience professionnelle de l’auteur, vous constaterez qu’il a un bachelor de physique et un master de théologie générale. Rien qui ne puisse légitimiser son discours au niveau de l’orientation, il est difficile de définir, dans sa formation ou son expérience ce qui lui donne les compétences d’expliquer aux autres comment trouver leur voie et ce qui l’a poussé à le faire. On pourra me rétorquer que ce succès et ce manque de lien entre formation et activité professionnelle, est particuliere puisque lié au marché américain et ses normes, soit.

D’ailleurs, c’est le même phénomène avec Simon Sinek qui est avant tout un professionnel du marketing et qui rencontre un succès fou avec sa méthode de choix de carrière « Start With Why » et « Find Your Why » alors que son concept n’a aucuns fondements et présente même un certain danger. Je vous renvoie ici à mes deux articles sur la question que vous retrouverez dans le blog.

Sur le marché du développement personnel ou de l'orientation ce n’est pas l’expertise ou la spécialisation qui permettent à votre travail d’être mis en lumière.

Joanna Penn, indique dans sa bio sur Amazon avoir étudié la psychologie sans aller jusqu’au master, et a également un master en théologie. Elle est autrice de thriller et a écrit de nombreux livres sur différents sujets liés à l’autoédition destinés aux auteurs qui se lancent. Au milieu de cela elle a donc écrit dernièrement un livre sur le changement de carrière. Elle a également écrit un autre livre sur l’intelligence artificielle, la blockchain et les mondes virtuels. Sujets probablement porteurs actuellement ?

Il n’est pas nécessaire d’aller plus loin pour le moment.

A priori, à quel auteur feriez-vous le plus confiance sur le sujet du changement de carrière ?

 

 

 

 

 

 

Votre réponse devrait probablement être : N Bolles, bien qu’idéalement selon moi, il serait préférable de considérer « aucun » comme réponse la plus judicieuse.

Nous passons à présent à la deuxième étape qui est de remettre en question le discours.

Voici un exemple tiré de mon livre mentionné ci-dessus et je tiens à signaler que pour donner une valeur universelle à la recherche que je vais mentionner compte tenu de sa nature, il faudrait considérer que la perception de la vie des américains est en tout point semblable à celle de tous les autres habitants de la planète et qu’elle soit également Trans générationnelle et basée sur un échantillon suffisamment représentatif, chose que je ne précise pas dans mon ouvrage, à tort :

Bolles, Richard N. What Color Is Your Parachute? 2020 (p. 99) nous parle de l’étude suivante pour expliquer le fait que l’argent fait un peu le bonheur. Cette étude est parue dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences qui démentirait en partie et en apparence le proverbe selon lequel l’argent ne fait pas le bonheur. Réalisée par Daniel Kahneman, Prix Nobel d’Économie en 2002, et son collègue de l’université de Princeton, Angus Deaton, l’étude est intitulée : High income improves evaluation of life but not emotional well-being porte sur le bien-être de 450 000 Américains interrogés en 2008 et en 2009 pour l’indice Gallup-Healthways.

Si l’on s’arrête sur le titre uniquement, l’étude parle de l’impact sur l’évaluation de sa vie et non pas de bonheur !

Bolles nous livre cette analyse : « the less money they made, the more unhappy they tended to be, day after day. No surprise there. And, obviously, the more money they made, measured in terms of percentage improvement, the happier they tended to be, as measured by the frequency and intensity of moments of smiling, laughter, affection, and joy all day long, vs. moments of sadness, worry, and stress. So, money does buy happiness. But only up to a point. »

On peut donc lire mot pour mot : « Donc l’argent achète le bonheur. Jusqu’à un certain point. »

Cela a également été écrit en ces termes dans la presse.

Pourtant, dans le résumé des auteurs, nous pouvons lire : « We conclude that high income buys life satisfaction but not happiness, and that low income is associated both with low life evaluation and low emotional well-being. »

Traduction : Nous concluons qu’un revenu élevé achète une vie satisfaisante, mais pas le bonheur, et qu’un faible revenu est associé à la fois à une faible évaluation de la vie et à un faible bien-être émotionnel.

Ce qui signifie qu’avoir un bon salaire augmente votre PERCEPTION d’avoir une vie SATISFAISANTE, mais PAS le BONHEUR.

Nous pouvons lire également dans le résumé de l’étude : « The question of whether ‘money buys happiness’ comes up frequently in discussions of subjective well-being in both scholarly debates and casual conversation. The topic has been addressed in a vast and inconclusive research literature ».

Traduction : La question de savoir si « l’argent achète le bonheur » est fréquemment soulevée dans les discussions sur le bien-être subjectif, tant dans les débats universitaires que dans les conversations informelles. Le sujet a été abordé dans une vaste et peu concluante littérature de recherche.

En d’autres termes, nous n’avons pas encore pu prouver qu’il existe un lien entre l’argent et le bonheur.

Et pourtant, il apparaît que c’est tellement ancré dans nos croyances que même des auteurs et des ouvrages de la renommée de celui de Bolles, ce qui n’en définit aucunement sa qualité, en font en apparence la conclusion et renforcent par là même ces croyances.

Et sans esprit critique, sans aller vérifier l’étude par vous-même, parce que l'auteur semble savoir de quoi il parle et est apparemment assez intelligent pour analyser ce genre d'études, vous vous faites avoir. Ou en tout cas, les choses sont déformées, tournées différemment.

Au-delà de l’utilisation spécieuse d’une recherche pour appuyer son discours et si l’on se borne à étudier la méthode proposée, seul un travail d’analyse avancé sur le livre de N Bolles et probablement de Penn (je ne l’ai pas lu) ainsi qu’une connaissance importante du monde de l’orientation et de ses méthodes permettrait à un individu intéressé par le sujet ou désireux d’être aidé, d’identifier que l’ouvrage de N Bolles ou Penn posent quelques problèmes de fond et qu’il vaudrait mieux en choisir un autre. Je me réfère ici non pas seulement dans l’ouvrage de N Bolles à l’utilisation déformée d’études scientifiques pour appuyer son discours et ses théories, mais a l’échafaudage complexe de sa méthode tenant principalement sur le test du Riasec (Test de personnalité au travail permettant de dissocier 6 types) qui en soit est particulièrement lacunaire, influence la réflexion mais surtout qui n’a rien à voir avec l’orientation dans le sens où il faut selon moi l’envisager : faire un choix de vie basé sur la connaissance de soi, ses priorités, la recherche de sens et surtout, je n’insisterais jamais assez, sans être influencé.

Je pense pouvoir conclure à présent qu’il est donc nécessaire d’avoir quelques connaissances préalables sur le sujet pour arriver à déterminer la pertinence réelle d’une parole, d'une idée, d'une démonstration, d'une conclusion, d'un concept, d’un ouvrage, d’une méthode ou d’une théorie et donc de se faire son idée ou un choix.

Cela dit, ceux qui ont l’habitude de lire les avis négatifs sur les ouvrages en premier lieux, peuvent déjà avoir quelques pistes de réflexion, bien que les avis ne reflètent pas toujours la réalité d’une œuvre et que nous avons tous une conception propre et apprécions la « qualité » différemment.

Il ne faut pas balayer pour autant tout apport des points de vue pluridisciplinaires. Par exemple, il peut être intéressant qu’un philosophe ou un anthropologue se penche sur ce sujet, avec un regard particulier, mais il serait déjà plus délicat de choisir de suivre une méthode d’orientation qu’il aurait décidé de créer.

Il y a des croyances sans fondements qui peuvent ne pas être nuisibles et d’autres qui peuvent l’être, notamment sur les questions d’orientation, de choix de carrière ou de choix de vie. D’où la nécessité d’être particulièrement vigilant.

Par conséquent, recherchez de manière approfondie les différents éléments repérés, idéalement via des études scientifiques en faisant attention aux financements de celles-ci, car nous sommes tous conscients, depuis le procès contre les entreprises du tabac, des procédés pour décrédibiliser des études sérieuses en produisant d’autres études scientifiques expliquant le contraire afin de semer le doute.

Influencer en semant le doute est le meilleur procédé de décrédibilisation et de fabrique de l’ignorance.

C’est pourquoi, lorsque certains ne savent plus quoi penser sur certaines questions comme par exemple la vaccination, les pesticides, les nitrites, l’alcool ou le tabac, ils peuvent être amenés à penser ou à dire : « Boh, il faut bien mourir de quelque chose ! ». Et parfois même en introduction : « Oh, il faut faire attention a tellement de choses de nos jours, il faut bien vivre ! ».

Cette pluralité d’informations, de théories, de concepts, d’idées, de croyances, de normes, etc. demande un temps et une énergie considérable pour en faire un état des lieux exhaustif et se faire son idée.

Sur certains sujets, les spécialistes s’affrontent et font des études sous différents angles et ont des résultats différents qu’ils analysent de façon différente. Je pense aux psychologues qui font des recherches sur les causes de l’augmentation des taux de suicide chez les jeunes aux états unis et dans les pays d’europe et qui les corrèlent avec l’augmentation de l’usage des réseaux sociaux, notamment… Certains y voient une réalité que d’autres mettent en doute à coup de statistiques et d’autres études.

Il n’est pas rare que les penseurs, les philosophes, les psychologues, les anthropologues et scientifiques de tous horizons n’arrivent pas à un consensus.

En conclusion, vous devez accepter que l’incertitude sur certains sujets soit plus judicieuse qu’une croyance idiote et que rien ne soit véritablement démontrable ou sûr à 100 %.

La connaissance peut vous aider à maitriser l’influence.

Pour arriver à se forger une idée la plus éloignée des croyances et la plus proche de la réalité telle que notre civilisation la conçoit aujourd’hui, il est nécessaire :

  • d’identifier et questionner les raisonnements biaisés ou références basés sur des croyances,
  • la base des conseils qui vous seront donnés,
  • remettre en question le référentiel, normes et stéréotypes,
  • s’interroger sur les citations à l’interprétation nébuleuse en guise de soutien à l’argumentation,
  • ne pas se laisser berner par des sophismes convaincants,

Bref, il s’agit de retrouver notre liberté de penser, libérée le plus possible du cloisonnement inévitable et imposé par notre éducation, notre société et notre conditionnement.

En résumé et pour mieux retenir :

  • La source est-elle sûre, qu’est ce qui la rend sure ? Je recherche et je valide.
  • Je questionne tout et je tente de croiser les informations avec d’autres sources. Je vérifie la validité des bases de ce qui m’est dit.

 

 

Cela marche aussi lors d’une discussion avec quelqu’un qui tente de vous expliquer quelque chose, voire qui vous raconte une histoire, par contre attention, cela ne plaît pas à tout le monde que l’on questionne leur dire et je dirais même que selon Dale Carnegie, on peut considérer que ce n’est pas le meilleur moyen de se faire des copains. Je fais ici une différence entre copains et amis, les amis étant ceux à qui on devrait pouvoir tout dire et également critiquer la pensée.

 

Après tout, au-delà de la recherche de confort, n’est-ce pas dans l’échange et la critique constructive que le monde avance et que l’intelligence progresse ?

 

Progressons ensemble !

Imprimer E-mail

L'orientation et le Grand Oral du Bac 2021 - Temps 3

Aujourd’hui 21 juin 2021, le premier Grand Oral du Bac a lieu pour les étudiants de terminale.

Voici ce que l’on peut lire sur le temps 3, lié à l’orientation et au projet professionnel :

« Temps 3 : vous échangez avec le jury sur votre projet d’orientation (5 minutes)

Vous expliquez en quoi la question traitée est utile pour votre projet de poursuite d’études, et même pour votre projet professionnel.

Vous parlez des différentes étapes qui vous ont permis d’avancer dans votre projet (rencontres, engagements, stages, mobilité internationale, intérêt pour les enseignements communs, choix des spécialités, etc.) et de ce que vous en ferez après le bac.

Le jury fait attention ici à votre manière d’exprimer une réflexion personnelle et à vos motivations.

À noter : pour la voie générale, si votre question concerne la spécialité “Langues, littératures et cultures étrangères et régionales”, vous pouvez passer les deux premiers temps du Grand Oral en langue vivante. »

 

Vous le comprenez sûrement comme moi, il est donc important ici d’avoir un projet professionnel et de l’argumenter tout en sachant créer des liens avec ses expériences pour démontrer la logique et la pertinence de ses choix et actions.

J’ai récemment échangé avec un journaliste Le monde, spécialiste d’éducation et quelques points d’interrogation fondamentaux ont émergés.

 

Tout d’abord, tous les projets professionnels ne se ressemblent pas et puis il y a ceux montés de toute pièce pour déguiser son incertitude et ceux qui ont réellement été réfléchis et construits depuis longue date.

Et il n’est pas facile d’argumenter correctement et d’être convaincant lorsque le vôtre fait plutôt partie du premier type.

La première interrogation concernant cet exercice émane donc de la nécessité d’avoir un projet professionnel bien ficelé et construit en amont.

Bien sûr, il s’agit de pousser les élèves à réfléchir à leur projet professionnel et à le préparer plus tôt.

Car la problématique identifiée à laquelle se heurte notre système d’enseignement est bien que l’école ne prépare pas à la définition et au choix d’un métier.

En 2018, dans l'étude du centre national d’évaluation du système scolaire ( CNESCO ), "aider les jeunes a mieux identifier leurs goûts et motivations personnelles : Un levier pour améliorer l’orientation", Cnesco, 2018, était identifié que 43 % des élèves n’avaient pas de projet professionnel après le Bac. C’est quasiment un élève sur deux !

Pour remédier à cela, ils ont donc introduit plus heures d’accompagnement à la création du projet professionnel et un encadrement globalisé. Sur le site du gouvernement https://www.ih2ef.gouv.fr/orientation voici ce qui est écrit en 2021 :

« 54 heures sont prévues, à titre indicatif, selon les besoins des élèves et les modalités de l’accompagnement à l’orientation mises en place pour l’accompagnement au choix de l’orientation ;

L’autonomie qui est reconnue aux différents acteurs (parents, élèves, équipes éducatives) dans la construction des parcours, dans l’organisation des volumes horaires, des temps consacrés à cette activité ouvre l’éventail des possibles en termes d’innovation.
Les personnels de direction doivent impulser et favoriser toutes les actions permettant de dynamiser l’ambition de tous les élèves :

  • confronter leurs goûts et leurs connaissances des activités professionnelles ;
  • confronter leurs projets et leurs valeurs ;
  • confronter leurs projets et ses compétences.

Favoriser les conditions d’émergence du projet personnel de l’élève

Diffuser l’information auprès des usagers

Les élèves et leurs représentants légaux doivent avoir les informations nécessaires à éclairer les choix d’orientation.
C’est la condition première pour devenir acteur de la construction du parcours de formation :

  • savoir où et auprès de qui s’informer ;
  • connaître et consulter le site “Mon orientation en ligne” de l’ONISEP qui propose un service personnalisé et où l’on peut consulter une foire aux questions. Consulter également les guides d’orientation sur le site de l’ONISEP ;
  • être capable de rechercher les informations pertinentes et nécessaires ;
  • découvrir et comprendre le fonctionnement du monde professionnel ;
  • s’informer sur les filières de formation.

Mettre en place des temps de découverte des métiers et des formations du supérieur

C’est une dimension importante de la réflexion des élèves, qui trop souvent se projettent dans des métiers qui leur sont familiers.
Les temps d’ouverture et d’exposition aux réalités professionnelles qu’elles se fassent dans l’établissement scolaire (forum, conférences, etc.), lors de visites d’entreprise ou d’organismes de formation, ou de stages, doivent favoriser la variété et la diversité.
Le projet de l’élève doit être construit et choisi ; pour cela, le personnel de direction doit favoriser les actions et organisations qui :

  • permettent à l’élève de découvrir le monde économique et professionnel ;
  • développent chez l’élève le sens de l’engagement et l’esprit d’initiative ;
  • permettent à l’élève d’élaborer son projet d’orientation scolaire et professionnelle ;
  • permettent à l’élève de confronter ses goûts et ses connaissances des activités professionnelles et des formations universitaires.

L’utilisation de l’application FOLIOS peut être utile. Il s’agit d’un outil d’aide à la construction du projet ; elle permet une traçabilité dans le cadre du Parcours Avenir. »

 

Nous pouvons constater qu’en 2021 nous sommes toujours dans une orientation liée à la connaissance des métiers, des formations, des compétences (notes), là où il serait important de favoriser une orientation liée à l’introspection, à l’envie, au plaisir et au sens. Bref, l'individualisation du processus demeure insurmontable pour l'institution.

En lisant entre les lignes, on voit bien qu'il est question de conformer l'individu aux besoins de la société et des entreprises, plutôt que de l'aider à comprendre et identifier ses propres désirs.

C'est à ce moment que l'on peut commencer à s'interroger sur la notion de citoyen aujourd'hui, vu par l'école et vu par l'entreprise, évaluer la question des besoins des uns et des autres et l'art de faire fonctionner tout cela sans accrocs, mais là n'est plus le sujet.

Pour revenir à la question de l'orientation au sein de l'école, je vais peut-être paraître pessimiste, mais je considère que compte tenu du système d’éducation en place et des moyens dont il dispose, ils n’auront pas l’argent ni les capacités temporelles et professionnelles de proposer ce qui est nécessaire selon moi. Un système qui baserait l’apprentissage sur l’intérêt, l’autonomie et le sens.
Il y a des chances par contre que la problématique (entre autres) d’égalité des chances ne puisse être résolue dans une telle réalité.

 

Pour conclure, nous pouvons selon moi statuer sur le fait qu’un projet professionnel encadré uniquement par l’éducation nationale ne pourra que présenter des lacunes de par la nature influente de l’encadrement proposé, via les conseils ou avis de professeurs, fussent-ils sensibilisé aux questions de l’orientation et à l’art subtil du questionnement et à l’absence de développement personnel et de recherche de ce qui fait sens pour l’individu.

Nous faisons donc face à un paradoxe, nous avons un système d’orientation qui se conçoit en termes de notes, de métiers et de formation principalement et qui demande que le résultat soit sous forme de motivation, d’éloquence et d’argumentation vis-à-vis des choix des étudiants qui passent par cette moulinette. C’est profondément incohérent.

En quoi les notes motivent-elles à autre chose qu’en avoir de meilleur (éventuellement), en quoi le catalogue des métiers et des formations vous permet de vous connaître et d’arriver à identifier dans un monde qui vous a profondément influencé jusqu’ici, à définir ce que vous aimez ou voulez vraiment ? Comment alors développer une argumentation pertinente sur des bases aussi inexistantes pour expliciter vos choix, qui ne sont pas réellement les vôtres ?

Se renseigner sur les métiers et les formations sans idées et réflexion préalable, c’est comme décider de parcourir le catalogue la redoute simplement nourri par l’envie d’acheter quelque chose, n’importe quoi qui puisse nous plaire. C’est sombrer, alors, dans un comportement symptomatique qui selon moi nécessiterait d’être éclairci.

Il s’agit selon moi d’un effondrement du sens déroutant.

J’aime cette formule que j’ai déjà employée dans ce cadre exact, elle retranscrit pour moi parfaitement la situation.

Je n’en ai aucune idée statistique, mais je me permets de présumer que cela plonge pas mal d’étudiants dans un grand désarroi intérieur de devoir se soumettre à une telle épreuve (à double sens, bien sûr).


Du coup, si la qualité de l’argumentation est basse lors de l'épreuve, il devra y avoir nivellement par le bas pour sauver l’honneur de ce nouveau millésime du Bac et cela se fera au détriment de l’intérêt de l’exercice, qui existe bel et bien, mais pas selon ces prémisses.

Ils cherchent bien sûr à trouver des solutions aux problèmes du taux d’échec ou de désistement en licence qui frôle les 40 % (Source CNESCO), qui est logiquement lié et à mettre en relation avec le pourcentage d'élèves qui n'ont pas de projets professionnels à la sortie du Bac, et ceci en s’assurant de la motivation des élèves pour les spécialités choisies et d’un projet professionnel réfléchi.

Je n’y crois pas dutout, mais j’espère sincèrement pour tous les étudiants qui n'ont pas eu la chance d'être accompagnés intelligemment dans leur choix, que l’avenir démontrera que j’avais tort.

 

 

Imprimer E-mail

Critical review of Simon Sinek Find Your Why, a dangerous method

Simon Sinek's book - Find Your Why is the sequel to his first book which tries to explain how to find your why (your path, your purpose, your calling, your passion, etc.), because in the first book he didn't explain how to get there, he just explained and argued his theory.

Simon Sinek's first book "Start With Why" was mainly aimed at business leaders and entrepreneurs to inspire their employees and communicate better with consumers to optimize engagement and sales. A very interesting goal that could do no wrong, you might say, and rightly so. I myself found the concept captivating at first viewing, but very quickly questions emerged.

Obviously the general public was seduced by this speaker and his simplistic concept, so much so that the demand grew for him to specify the method to find his why and clearly explain how to get there so that everyone can benefit from it for their own career or business.

Such a good speaker has a few tricks, little habits that change everything. Have you noticed how Simon Sinek repeats twice the beliefs he tries to impose without any demonstration?

For example the famous: "People don't buy what you do they buy why you do it! " or the "As it turns out, as it turns out".

What I have been telling my clients for more than fifteen years during the preparation of public speaking sessions is exatly what’s hapenning here : whatever the speech, what counts is the speaker's assurance and conviction. It is not detrimental to the audience's acceptance and appreciation of the substance of the speech to make a mistake or to tell a lot of nonsense. Most of the time, this will go unnoticed if you say it with aplomb and insistence.

You can have fun reviewing the videos and interviews, you will see that he does this quite often.

I refer you to the idea of anaphora in rhetoric, to quote Wikipedia: "... the repetition of an idea influences the being. By dint of repeating a word, this word will become anchored in the mind of the individual and eventually influence his existence. This is the principle of propaganda. An idea repeated over and over again will appear to be true to the individual. This process is also used in advertising, for example. "

If you are interested in the subject, you will also find some psychological studies that have highlighted this process in some way. After all, discoveries in psychology are the antechamber to many marketing concepts.

The main reason why I am interested in this concept phenomenon that has been perfectly packaged until it has become visibly popular today is precisely because it has evolved into a guidance method. Furthermore, I heard him say at a LinkedIn live conference in early June 2021, that he would be happy to have his concept/method implemented for American students.

Generally, I don't write about every little guidance method that emerges and I don't consider myself an authority on the world of guidance or its methods, but here we are faced with a concept that has a very wide distribution and therefore a great capacity to cause harm. I encourage you to read my review of his book "Start With Why" before continuing if you have not already done so, because I will not repeat here the criticisms made, at least not in detail.

Concerning Simon Sinek "Find Your Why", it is a book that does not elaborate on the concept already explained in "Start With Why". It explains the process and proposes steps to concretely find your "why ».

It is not a question here of making an in-depth evaluation of the method, as I have already explained in one of my books, to really evaluate the relevance of a method, we would need at least to have different groups of individuals similar in terms of life, character, etc. with a similar problem and looking for the same thing, a similar way of understanding and doing the exercises and being able to determine the degree of satisfaction with the results obtained in an objective way and the concrete effects on the lives of these individuals in 2 years, 5 years, 10 years, 20 years? Does this seem feasible to you?

Scientifically impossible of course, even if I don’t have the knowledge of a researcher in terms of what can and can’t be done, there are too many uncontrollable variables, I will not go into detail, but you can imagine, to take only the last point, that it is difficult to compare the effects of something after 2 years and after 20 years, the life of the individual has been influenced by too many other things in the meantime that can interfere on his life and his feelings. After all, the effects of a career change must be measured over time.

Therefore, I will only criticize the method from a theoretical and operational point of view, the main elements of which are as follows: to be able to implement the method, you cannot do it alone, you will necessarily need someone else who is not a close friend or family member, and who is available for about 4 to 6 hours of discussion. The authors indicate that this is to ensure objectivity. Then, ideally, you will have to get your entourage to validate your reasons.

For Sinek and his co-authors, in order to find your why, you have to refer to the perception that the other person has of you and your experiences. When you think about it, it makes sense. Sinek says in an interview, if I remember correctly, that it was by helping others find their why that it all started, and given the growing demand around him he started organizing parties where he helped the guests. He then became aware of HIS why and decided to think bigger and launch this entrepreneurial adventure. The authors have transposed this process to a system where you need someone else to find your way. The other then takes on the role of Sinek. In short, at first glance, we are in a system that is similar to coaching or group coaching, without any consideration of the ethics of the profession.

There is no need to go through all the problems inherent in what is said or proposed in the book, so I will focus on the essential point: you need someone else to trust to read between the lines and to reveal your why.

So right away we can see that the coaching system is used, but not its theoretical foundations, since in coaching, it is up to the coachee to find his solutions, his answers.

Psychologists and coaches spend their lives (for the most conscientious) refining their questioning and sharpening their listening skills without judgment. And they can make mistakes, they can influence/judge you, despite their vigilance.

I invite the more curious among you to look further into the very interesting question of the different types of questioning and their effects, a search on your favorite search engine should help you.

So, to start from the principle that we should entrust this role to someone who perhaps does not have the sensitivity, the capacities or the competences to accompany you in this path and this research does not seem to me to be far-fetched, it simply seems to me unrealistic and dangerous. I would like to remind you that we are dealing with the theme of career and life choices.

Above all, it is up to the other person to find what makes sense for you, in your history and your experiences! The authors indicate that it is impossible to find your reason alone...

At this point, if we were to extend this work of questioning to identify in the book all the issues linked to influence and its effects, there would be a lot to say, but we would be going a bit beyond the scope.

What I think, and I believe needs no further analysis, is that there is no greater degree of influence in a career choice than relying on someone else to tell you what ultimately makes sense for you. This is a major red flag.

So, to come back to the fundamental point of the problematic according to me: the adaptation of its concept into a method of orientation for students. We can ask ourselves if, in order to adapt it to school, Simon Sinek thinks that students should seek the help of another student they don't know to give him all their intimacy.

I'll let you put yourself in the shoes of a student and consider the problems this poses beyond the effects and outcome of the method itself.

In order to justify the prerequisites of his method, he also tries to impose on us an abracadabrious belief that is very disturbing: the reader is told that he should not call upon someone who knows him to guarantee the objectivity of the other.

Where did this idea come from? Is this part of his theory? What is he basing this on?

In any case, even if one were to admit a better objectivity of someone who does not know us, what about his sincerity, if we need this other to find our why? And to what extent can we trust a person we don't know very well? How does this better objectivity allow this other person to better read between the lines to find our why?

We could go on and on about the process, without getting any further, because once we get past the identification of the theoretical and operational problems of the method, when we dig a little deeper, we realize that it is all based on very vague foundations, poorly documented or argued, unverifiable and unverified scientifically. In short, we should just take his words for it.

And as we have seen in my previous article, Simon Sinek's "Golden Circle" concept (the why/how/what) is somewhat fragile, both from the point of view of the marketing and commercial concepts on which it is based, but also in terms of the argumentation that is supposed to support it, which has no scientific validity and which in other cases does not even correspond to the reality of the events that are presented from a historical perspective!

It is easy to remain perplexed when one assesses the two books and if one has a bit of a critical mind, in substance there is not much. And I must admit that I still come to the conclusion, as some of the comments I have read, that he is a very good speaker who handles persuasion techniques perfectly and whose non-verbal language does a superb job of making his concept convincing, but once the moment of discovery has passed, when one looks at the content and tries to question it, a certain disillusionment appears.

As it stands, this method of finding one's WHY can only present a real danger for all those who choose it to define their reconversion and find themselves. It would also be a huge problem if it were offered to students who are often particularly influenced and gullible on this issue.

If it is about inspiring leaders and helping them recruit inspired and happy employees, fine! However, if it is used as a tool to define one's career path, to find one's way or to orient oneself, beware.

I also encourage you to read the negative reviews on Amazon of 1, 2 and 3 stars only where you will find a number of very pertinent criticisms.

Imprimer E-mail

Simon Sinek Find Your Why : Analyse d'une méthode dangereuse

Le livre de Simon Sinek – Find Your Why est la suite de son premier livre qui tente d’expliquer comment trouver son pourquoi (sa voie, sa passion, etc.), car dans le premier livre il n’expliquait pas comment y arriver, il se bornait à expliquer et argumenter sa théorie.

Le premier livre de Simon Sinek “Start With Why” visait principalement les chefs d’entreprise et les entrepreneurs pour les inciter à inspirer leurs collaborateurs et à mieux communiquer vis-à-vis des consommateurs pour optimiser l’engagement et les ventes. Une entreprise fort intéressante qui ne pouvait pas faire de mal me direz-vous, à raison. Moi-même j’ai trouvé son concept captivant au premier visionnage, mais très vite un questionnement a émergé.

Visiblement le grand public a été séduit par cet orateur et son simplissime concept, si bien que la demande a grandi pour qu’il précise la méthode pour trouver son pourquoi et explique clairement comment y arriver afin que tout un chacun puisse en tirer bénéfice pour sa propre carrière ou son entreprise.

Un aussi bon orateur a quelques astuces, des petites habitudes qui changent tout. Vous avez remarqué comment Simon Sinek répète deux fois, les croyances qu’il tente d’imposer sans aucune démonstration ?

Par exemple le fameux : "People don't buy what you do they buy why you do it! » ou le « As it turns out, as it turns out ».

Comme quoi, ce que je répète à mes clients depuis plus de quinze ans lors des préparations de prise de parole en public, voit ici une belle application concrète : quel que soit le discours, ce qui compte c’est l’assurance et la conviction de l’orateur. Il n’est pas préjudiciable pour l’adhésion et l’estimation du fond par l’auditoire de se tromper ou de raconter de grosses âneries, la plupart du temps cela passera inaperçu, si on le dit avec aplomb et insistance.

Vous pouvez vous amuser à revoir les vidéos et interviews, vous verrez qu’il fait cela assez souvent.

Je vous renvoie pour approfondir à l’idée de l’anaphore en rhétorique, pour citer Wikipédia : « … la répétition d’une idée influe sur l’être. À force de répéter un mot, ce mot s’ancrera dans l’esprit de l’individu pour finalement influer sur son existence. C’est le principe de la propagande. Une idée répétée maintes et maintes fois apparaîtra comme vraie pour l’individu. Ce procédé est aussi utilisé pour la publicité par exemple. »

Si le sujet vous intéresse, vous trouverez également quelques études psychologiques qui ont mis en lumière ce procédé de près ou de loin. Après tout, les découvertes en psychologie sont l’antichambre de bien des concepts marketings.

La raison principale pour laquelle je m’intéresse à ce concept phénomène qui a été marqueté parfaitement jusqu’à devenir aujourd’hui visiblement très populaire est justement parce qu’il a évolué en méthode d’orientation. De plus, je l’ai entendu dire lors d’une conférence live LinkedIn en ce début du mois de juin 2021, qu’il serait heureux que son concept/méthode soit implémenté pour les étudiants en collèges et lycées américains.

Alors généralement, je ne m’attarde pas à écrire un article sur chaque petite méthode d’orientation que l’on voit émerger à droite à gauche et je ne me considère pas être une autorité devant réguler le monde de l’orientation ou de ses méthodes, mais l’on se trouve ici face à un concept qui bénéficie d’une très large diffusion et donc d’une grande capacité de nuisance. Je vous encourage à lire mon article : Analyse critique rapide du livre de Simon Sinek « Start with why » avant de poursuivre si vous ne l’avez pas déjà fait, car je ne vais pas reprendre ici les critiques formulées, du moins pas en détail.

Concernant Simon Sinek « Find Your Why », c’est un livre qui n’élabore pas sur le concept déjà expliqué dans « Start With Why », mais qui explique le processus et propose des étapes pour trouver concrètement son « why », sa voie.

Il ne s’agit pas de faire ici une évaluation approfondie de la méthode comme je l’ai déjà expliqué dans un de mes ouvrages, pour véritablement évaluer la pertinence d’une méthode il faudrait au minimum que nous ayons différents groupes d’individus similaires en termes de vie, de caractère, etc. avec une problématique similaire et recherchant la même chose, une façon de comprendre et de faire les exercices similaires et de pouvoir déterminer le degré de satisfaction au niveau des résultats obtenus de façon objective et les effets concrets sur la vie des individus à échéance 2 ans, 5 ans, 10 ans, 20 ans ? Cela vous paraît envisageable ?

Impossible scientifiquement bien sûr, même si je ne suis pas chercheur en psychologie et ne peut déterminer ce qui peut on ne peut pas être évalué, il y a trop de variables incontrôlables, je ne rentrerai pas dans le détail, mais vous imaginez, pour ne prendre que le dernier point, qu’il est difficile de comparer les effets de quelque chose après 2 ans et après 20 ans, la vie de l’individu a été influencé par de trop nombreuses autres choses entre temps qui peuvent interférer sur sa vie et son ressenti. Car après tout, dans ce contexte de changement de vie, il faut mesurer les effets dans le temps.

C’est pourquoi je ne me bornerai qu’à critiquer la méthode sur le plan théorique et opérationnel, dont voici les principaux éléments : pour pouvoir mettre en œuvre la méthode, vous ne pouvez pas le faire seul, il vous faudra obligatoirement quelqu’un d’autre qui ne soit pas un ami proche, ni un membre de votre famille, et qu’il soit disponible pour 4 à 6 heures environ de discussion. Il est indiqué par les auteurs que ce serait pour garantir l’objectivité. Ensuite, il faudra idéalement faire valider par votre entourage, votre pourquoi.

Pour Sinek et ses co-auteurs, pour trouver sa voie, il faut s’en référer à la perception qu’a l’autre de vous et de vos expériences. Quand on y réfléchit, c’est logique. Sinek raconte dans une interview, si je me souviens bien, que c’est en aidant les autres à trouver leur pourquoi que tout a commencé, et compte tenu de la demande croissante autour de lui il s’est mis à organiser des soirées ou il aidait les convives. Il a donc pris conscience de SON pourquoi et a décidé de voir plus grand et de se lancer dans cette aventure entrepreneuriale. Les auteurs ont donc transposé ce processus-là à un système où on a besoin d’un autre pour trouver sa voie. L’autre revêtant alors le rôle de Sinek. Bref, nous sommes à première vue dans un système qui s’apparente, sans aucune considération de déontologie propre à la profession, à du coaching ou du coaching de groupe.

Il n’est nul besoin de passer en revue tous les problèmes inhérents à ce qui est dit ou proposé dans le livre, je vais donc me concentrer sur le point essentiel : vous avez besoin de quelqu’un d’autre à qui faire confiance pour lire entre les lignes et pour vous révéler votre pourquoi.

Alors tout de suite nous pouvons constater que le système du coaching est utilisé, mais pas ses fondements théoriques, puisque dans le coaching, c’est au coaché de trouver ses solutions, ses réponses.

Les psychologues et coachs passent leur vie (pour les plus consciencieux) à peaufiner leur questionnement et aiguiser leur écoute sans jugement. Et ils peuvent faire des erreurs, ils peuvent vous influencer/juger, malgré leur vigilance.

J’invite les plus curieux d’entre vous à approfondir la question très intéressante des différents types de questionnements et leurs effets, une recherche sur votre moteur de recherche préféré devrait vous y aider.

Donc partir du principe que l’on aille confier ce rôle à quelqu’un qui n’a peut-être pas la sensibilité, les capacités ou les compétences pour vous accompagner dans ce cheminement et cette recherche ne me paraît pas farfelu, cela me paraît simplement irréaliste et dangereux. Je rappelle que l’on est sur la thématique de choix de carrière, de vie.

Surtout que, c’est à l’autre de trouver ce qui a du sens pour vous, dans votre histoire et vos expériences ! Les auteurs indiquent qu’il est impossible de trouver son pourquoi tout seul.

Ce que je pense et qui selon moi ne nécessite aucune analyse nécessaire plus détaillée, c'est qu'il n'y a pas de degré d'influence plus élevé dans un choix de carrière que le fait de compter sur quelqu'un d'autre pour vous dire ce qui a du sens pour vous en fin de compte. Il y a là un signal d'alarme majeur.

À ce stade, si l’on étendait ce travail de questionnement pour identifier dans le livre toutes les problématiques renvoyant à l’influence et à ses effets, il y aurait beaucoup à dire, mais l’on sortirait un peu du cadre.

Du coup, pour en revenir au point fondamental de la problématique selon moi : l’adaptation de son concept en méthode d’orientation à destination des étudiants. Nous pouvons nous demander si pour l’adapter à l’école, Simon Sinek pense que les étudiants devront demander l'aide d'un autre élève qu’ils ne connaissent pas pour lui livrer toute leur intimité.

Je vous laisse vous mettre dans la peau d’un étudiant et envisager les problèmes que cela pose au-delà des effets et du résultat de la méthode elle-même.

Il tente également pour justifier les préalables de sa méthode de nous imposer une croyance abracadabrante qui interpelle : il est précisé au lecteur qu’il ne faut pas faire appel à quelqu’un qui vous connaît pour garantir l’objectivité de l’autre.

D’où sort cette idée ? Cela fait-il partie intégrante de sa théorie ? Sur quoi se base-t-il pour affirmer ceci ?

Quoi qu’il en soit, même si l’on admettait une meilleure objectivité de quelqu’un qui ne nous connaît pas, qu’en est-il de sa sincérité, si on a besoin de cet autre pour trouver notre pourquoi ? Et dans quelle mesure peut-on faire confiance à une personne que l’on ne connaît pas très bien ? En quoi cette meilleure objectivité permet-elle à cet autre de mieux lire entre les lignes pour trouver notre pourquoi ?

Nous pourrions continuer à nous interroger longtemps sur le processus, sans être plus avancés, puisqu’une fois dépassée l’identification des problèmes théoriques et opérationnels de la méthode, lorsque l’on creuse un tout petit peu, on se rend compte que tout cela repose sur des fondements bien flous, peu documentés ou argumentés, invérifiables et invérifiés scientifiquement. Bref, nous devrions simplement lui faire confiance.

Et nous l’avons vu dans mon précédent article, le concept de « Golden Circle » de Simon Sinek (le why/how/what) est quelque peu fragile, que ce soit d’un point de vue des concepts marketings et commerciaux sur lesquels il est basé, mais également au niveau de l’argumentation censée le soutenir qui n’a aucune validité scientifique et qui dans d’autres cas ne correspond même pas à la réalité des évènements présentés d’un point de vue historique !

Il est facile de rester perplexe lorsque l’on fait le bilan des deux livres et que l’on ait un tant soit peu l’esprit critique, en substance il n’y a pas grand-chose. Et j’avoue en revenir toujours à la conclusion, comme certains des commentaires que j’ai pu lire, que c’est un très bon orateur qui manie parfaitement les techniques de persuasion et dont le langage non verbal fait un superbe boulot pour rendre son concept convaincant, mais le moment de la découverte passé, lorsque l’on se penche sur le contenu et que l’on tente de le remettre en question, une certaine désillusion apparaît.

En l’état, cette méthode d’orientation pour trouver son WHY ne peut selon moi que présenter un réel danger pour tous ceux qui la choisiront pour définir leur reconversion et se trouver. Un problème également colossal, si elle était proposée à des étudiants qui sur cette question sont souvent particulièrement influençables et crédules.

En résumé, s’il s’agit d’inspirer les leaders et les aider à recruter des employés inspirés et heureux de l’être, très bien ! Par contre, s’en servir d’outil pour définir sa reconversion, trouver sa voie ou s’orienter, attention danger.

Je vous encourage également à lire les avis négatifs sur Amazon de 1, 2 et 3 étoiles seulement, ou vous trouverez un certain nombre de critiques fort pertinentes.

Imprimer E-mail